7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 23 juin 2020
par Vincent BRESSON
Vincent BRESSON
Fou curieux des communautés en décalage, Vincent regarde la société par ses marges et traine sa plume auprès de différents canards, avec un verre de Gaillac pour encrier.

Tous les mois, des ufologues toulousains partagent leur passion pour les extraterrestres autour d’un repas au Flunch. Entre deux portions de frites, ces curieux de phénomènes ovni se resservent une pleine assiette d’étrangeté.

La caissière du Flunch de Balma-Gramont n’est visiblement pas au courant. « Un repas ufoquoi ? Non je ne vois vraiment pas. » Après discussion avec ses collègues, l’un d’entre eux sait de quoi il retourne. « Ah oui ! Les gens à la recherche d’extraterrestres ? Vous les trouverez au fond à droite. » Le restaurant n’a pas été privatisé, Isaure arrive suffisamment tôt pour réserver une petite partie du restaurant pour ses amis ufologues. « Ce n’est pas évident de trouver un lieu pour accueillir nos événements. Même ici, on ne peut pas rester après 22 heures », se plaint cette blonde d’une cinquantaine d’années.

Chaque deuxième mercredi du mois, depuis près de quinze ans, elle organise les repas ufologiques de Toulouse. Ces rendez-vous mensuels ont lieu dans près de vingt villes de France, plus ou moins actives, mais également à Lomé, la capitale politique du Togo et à Douala, la capitale économique du Cameroun. Quel que soit le lieu, ces réunions rassemblent des passionnés d’ovni autour d’une bouffe et d’histoires étranges.

Un serveur du flunch, reconnaissable avec sa chemise rouge, retire des plateaux vides.
Conférence et frites à volonté — Photo : Vincent Bresson

À Orléans, c’est au Campanile. À Toulouse, c’est légume à volonté pour tout le monde au Flunch. Les repas ufologiques peuvent aussi avoir lieu à l’étage d’un supermarché bio, lors des soirées très fréquentées. Longtemps, le Flunch des repas ufologiques était situé dans le centre-ville toulousain, à Jean Jaurès. Puis à sa fermeture en décembre 2018, il a fallu déménager en périphérie, tout au bout de la ligne A.

Ufologues, gilets jaunes, même combat

Isaure est très vite rejointe par Alain, un fidèle. L’ufologue a la barbe fournie et a l’humour potache est venu avec la sono, l’écran et le vidéoprojecteur nécessaires à la conférence de ce soir. Informaticien de formation, il joue les techniciens chaque mois au Flunch. À force d’observer « des choses anormales dans le ciel et sur les images de la NASA », il en a discuté avec une amie. C’était la première fois qu’il entendait parler des repas ufologiques.

« J’y suis allé en espérant trouver des explications à mes observations. » Finalement, Alain y a obtenu plus de questions sur les phénomènes ovni que de réponses, mais ces rendez-vous dans lesquels il cherche « une vérité » lui ont permis « d’échanger et de faire des rencontres avec des gens partagent les mêmes interrogations ».

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Vincent BRESSON
Fou curieux des communautés en décalage, Vincent regarde la société par ses marges et traine sa plume auprès de différents canards, avec un verre de Gaillac pour encrier.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Au-delà du réel

(En)quête d'OVNIs

Pendant que certains occupent leur temps libre à donner des coups de pied dans un ballon de foot ou à peindre des tableaux, Didier Gomez préfère recueillir les témoignages de...

Aliens : l'État mène l'enquête

Depuis 1977, le Geipan tente d’apporter des réponses aux témoins d’OVNI. Ce service du Centre National d’Études Spatiales (CNES) mène ses enquêtes depuis Toulouse et traque les...

Flunch, Gilets jaunes et ovnis

Tous les mois, des ufologues toulousains partagent leur passion pour les extraterrestres autour d’un repas au Flunch. Entre deux portions de frites, ces curieux de phénomènes...

Coupeurs de feu : soigner le mal par les mains

Dans les campagnes françaises, tout le monde connaît l’efficacité réputée des magnétiseurs, mais personne ne sait l’expliquer. Aussi appelés coupeurs de feu, ces hommes et ces...

Biodynamie : un vin lunaire

De plus en plus de viticulteurs se détournent des méthodes industrielles pour se convertir à la biodynamie. Un système d’exploitation agricole et ésotérique un peu particulier...

L'homme-médecine des Landes de Gascogne

De 1991 à 2001, Laurent a vécu avec les Indiens Lakotas. Ses rencontres avec les hommes-médecine sioux l’ont amené à devenir, un pas après l’autre, un des gardiens de la...

Chasse au fantôme dans le Bordelais

Grincements mystérieux, claquements de porte inexpliqués… Pour certains, rien de suspect. Pour d’autres, il peut s’agir d’un indice qui trahirait la présence de fantômes. Dans...

Le Sud-Ouest, destination préférée des aliens ?

Le très sérieux Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (GEIPAN) classe la Gironde et la Haute-Garonne parmi les départements les plus...

Marabout, grosse ficelle ?

Qui n’a jamais reçu un flyer de marabout sur son pare-brise, à la sortie d’un métro ou dans sa boîte aux lettres ? Far Ouest a tenté de savoir ce qui se cache derrière le bout...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
En vrai, en vrac

La low-tech au quotidien

La low-tech au quotidien

Difficile de se débarrasser de ses outils technologiques alors que peu d’alternatives durables semblent accessibles. L’association Low-Tech Bordeaux essaie justement de...
Ernest le Squelette

La ruée vers l'or

La ruée vers l'or

J’aurais falsifié mon certificat de décès pour rentrer tranquillement du Far West. Tout ça pour que mon frère m’assassine. Mais voilà qu’une brochette d’empêcheurs de tourner en...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement