10 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 19 juin 2018
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

Elles sont là, discrètes. Parfois au coin de notre rue. Nous les effleurons innocemment du regard quand nous arpentons le quartier de la base sous-marine à Bordeaux, ou quand nos pérégrinations nous mènent dans le dédale de rues qui sépare le cours de l’Yser du cours de la Somme. Elles sont aussi ailleurs, parfois insoupçonnables. Elles, ce sont les plaies encore ouvertes d’une guerre civile espagnole qui fit rage entre 1936 et 1939, et qui jeta des centaines de milliers d’hommes et de femmes sur les routes de l’exil, dont des milliers à Bordeaux. C’est ici, sur les bords de la Garonne, que trois femmes ont accepté de rouvrir le livre de leur histoire pour la Revue Far Ouest.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Manuela Mendez de Garcia a fêté ses 90 ans. L’œil vif et pétillant, elle semble se souvenir de chaque fragment de son histoire. Née en 1927 dans la province de Badajoz (sud-ouest de l’Espagne), elle décrit son enfance comme assez classique. Du moins jusqu’à ce que n’éclate la guerre civile en 1936. Manuela a alors 9 ans. Elle ne le sait pas encore, mais plus rien ne sera désormais comme avant.

L’Espagne, qui souffre de problèmes sociaux, économiques et politiques de premier ordre au début des années 1930 va voir son destin basculer. Le soulèvement des mineurs asturiens, réprimé dans le sang en 1934 (plus d’un millier de victimes), va marquer le début d’un déchirement irréversible entre la gauche et la droite espagnole. Le 17 juillet 1936, le général Francisco Franco mène une insurrection militaire et tente de confisquer le pouvoir aux républicains. Chaque drame a son point de départ. Celui de l’Espagne débute alors.

« Petite, j’adorais l’école. Mais, en 1936, j’ai dû arrêter à cause du début de la guerre. Cela a vraiment été très dur pour moi. Je n’y suis plus retournée », se souvient Manuela. Avec sa famille, elle vit dans le petit village de Santa Amalia, à quelques kilomètres d’une tragique ligne de front matérialisée par le fleuve La Guadiana. De l’autre côté, la ville de Medellín abrite alors la résistance républicaine. « C’était un peu comme si ce fleuve séparait les fascistes des gens de gauche. Nous nous étions réfugiés dans les champs, tandis que mon père, José Mendez Garcia, lui, était parti pour combattre. »

Des milliers d’Espagnols ont fui le franquisme pour rejoindre Bordeaux — Photo : Lauret Perpigna Iban

Santa Amalia est alors occupée par les forces loyales au général Franco. Manuela, malgré son jeune âge, comprend déjà qu’il faut cacher son appartenance au clan des républicains : « Je me souviens de l’arrivée de troupes fascistes, en file indienne, arrivant tout droit de Badajoz. Nous avions dû partir. Nos maisons avaient été pillées, et beaucoup de femmes qui étaient restées furent violées. » Ces troupes militaires, appuyées sur le terrain par de nombreux habitants du village, sont rangées du côté de Franco. Le père de Manuela, lui, fait front avec ses camarades. Son engagement en faveur des défavorisés marque la jeune fille, qui garde l’image d’un père parcourant les granges afin de voler des moutons dans le but de nourrir les plus nécessiteux.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

À la croisée des destins

Un Sahraoui dans la ville

Le canot pneumatique est à l’arrêt. Ses passagers sont cahotés, de gauche à droite. Plus personne ne parle. Chacun scrute l’horizon, craignant de voir apparaître les très...

De Dakar à Castillon-la-Bataille : le métissage pour identité

« Nous avions une grande maison en Dordogne. Il est arrivé que l’on sonne chez nous, et que l’on me dise : « Bonjour, est-ce que je pourrais parler au propriétaire ? » »....

Républicains espagnols : « mon père, ma république, ma patrie »

Elles sont là, discrètes. Parfois au coin de notre rue. Nous les effleurons innocemment du regard quand nous arpentons le quartier de la base sous-marine à Bordeaux, ou quand...

André Rosevègue : une voix juive pour la paix

Né en 1945 d’un père polonais et d’une mère roumaine, tous deux juifs et communistes, André Rosevègue tente depuis quelques années de reconstituer le puzzle du passé familial....

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

« Eux c’est nous. » 146 personnes, dont des membres de l’association altermondialiste Bizi et le député européen José Bové ont voulu prendre la place des migrants du centre de...

Alpha Kaba : esclave en Libye, journaliste à l'IJBA

Alpha Kaba Sept était journaliste radio en Guinée. Suite à une de ses enquêtes il doit quitter son pays pour sauver sa vie. Il traverse le continent à pied jusqu'à l'Algérie......

Kurdes de Bordeaux : sur tous les fronts

Ils sont près de 2.500 sur l’ensemble du département de la Gironde. Extrêmement actifs politiquement, les Kurdes envahissent régulièrement l’espace public afin d’exposer leurs...

De Bordeaux à Dakar, les routes de l'exil.

Le pays, présenté comme l’un des plus stables d’Afrique, voit tout un pan de sa jeunesse tenter l’aventure vers l’Europe. Depuis le début des années 2000, ils partent par...

Guerre en Syrie, larmes en Gironde

Rien ne laissait présager que l’onde de choc provoquée par l’offensive turque dans le nord de la Syrie puisse se propager jusqu’à Bordeaux. Et pourtant, ces derniers jours...

Journaliste privé de droit

Urmondzhon Sufiev est journaliste indépendant. Ses enquêtes sur la corruption qui gangrène son pays, le Tadjikistan, l’ont placé dans l’œil du cyclone : c’est contraint et forcé...

Être une Guinéenne arbitre à Bruges

Oumou Baldé semble infatigable. Cette Guinéenne de 31 ans, installée en France depuis 2009, est sur tous les fronts. Celui des stades de football où elle a réussi à se faire une...

Mehmet Yalçin : une famille kurde dans la tourmente

Installé à Bordeaux depuis 2006, Mehmet Yalçin a bien manqué être expulsé vers son pays d’origine, la Turquie. Ses soutiens et avocats préviennent : s’il est extradé, il risque...

Communauté arménienne de Bordeaux : discrétion et solidarité

La communauté arménienne bordelaise est discrète, mais très active. Encore plus depuis la reprise des tensions au Haut-Karabakh. Une nouvelle association a vu le jour il y a...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Lacq : fumée tue

Usines de Lacq : reconversion nécessaire

Usines de Lacq : reconversion nécessaire

Au début des années 1950, Lacq est l’un des piliers de l’industrialisation française. Des milliers d’emplois et de logements sont créés. Aujourd’hui, l’épuisement du gisement de...
Histoires d'époques

Programme B : meurtre crapuleux sur la Garonne

Programme B : meurtre crapuleux sur la Garonne

Le matin du 29 octobre 1875, le cadavre de Baptiste Méry est découvert, égorgé, au détour d’un chemin. Dans ce fait divers qui a marqué la ville, une bien jeune prostituée...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement