8 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 13 août 2019
par Philippe Gagnebet
Philippe Gagnebet
Philippe Gagnebet est journaliste pour Le Monde et auteur pour les éditions Autrement. Il est notamment l'auteur de Réinventer la ville : Les (r)évolutions de Darwin à Bordeaux, Résilience écologique, Loos-en-Gohelle, ville "durrable" et Les 16-25 ans et la vie active, Le rôle des missions locales aux Éditions Ateliers Henry Dougier.

Le pays, présenté comme l’un des plus stables d’Afrique, voit tout un pan de sa jeunesse tenter l’aventure vers l’Europe. Depuis le début des années 2000, ils partent par milliers via le désert, mais aussi à bord de pirogues immenses, pour un périple très périlleux vers les îles Canaries, premières terres européennes.

Après avoir évoqué la condition des jeunes migrants isolés en Gironde, Philippe Gagnebet a retracé la trajectoire migratoire de beaucoup d’entre eux. Point de départ : le Sénégal.

En rentrant « Dakar » sur un moteur de recherche, vous ne trouverez que des images de 4×4 vrombissants, sautant les dunes comme des chameaux mécaniques, ou celles de motos d’équilibristes roulant poignées ouvertes le long du lac Rose. Ah ! Le bon vieux temps du « Paris-Dakar », cette course pour aventuriers aux poches pleines et à la tête remplie d’Afrique sauvage… qu’ils souillaient comme un vulgaire terrain de moto-cross. Des colons pétaradant, écrasant au passage quelques gosses dans les villages, en quête de sensations fortes, désireux de dompter le désert, un chronomètre implanté dans la tête. Qu’ont-ils vu de l’Afrique, en dehors des bivouacs trois étoiles et des paysages, effectivement à couper le souffle ? Nous survolions, confortablement installés dans nos fauteuils, cette terre de latérite, de sable, de brousse et de dunes à bord d’hélicoptères qui suivaient de haut les participants, sans jamais vraiment s’arrêter dans un village, si ce n’est le temps de reportages bien misérabilistes et pétris de coutumes bien ancrées dans nos imaginaires. L’Afrique sauvage, l’Afrique solidaire, les marabouts, le baobab sacré, les danses de transe, le fameux tam-tam…

Dakar, la capitale du Sénégal, est une ville portuaire bordée par l’océan Atlantique. Son quartier historique, la Médina, accueille la Grande Mosquée, qui se distingue par son imposant minaret. Le musée Théodore-Monod, lui, expose des objets culturels, des vêtements, des percussions, des sculptures et des outils. La vie nocturne dakaroise, animée, trouve son inspiration dans la musique locale, le mbalax… Presque une carte postale.

Des dizaines de Sénégalais au bord d'une plage, au Sénégal.
La population sénégalaise, de plus en plus nombreuse, peine à accéder à l’emploi.— Photo : Philippe Gagnebet.

La réalité est évidemment bien plus dense : une population de 16 millions d’habitants à l’échelle nationale, soit le double d’il y a 20 ans ; une diversité ethnique, illustrée par la multitude de langues parlées sur le territoire — dont la plus connue est le Wolof ; un Islam soufiste qui tient à bout de prières la stabilité d’un pays à 95 % musulman.

Si le Sénégal accueille aussi de nombreux migrants, saisonniers ou non, qui travaillent principalement dans le secteur de la pêche, une forte communauté sénégalaise vit à l’extérieur du pays. En 2018, ils étaient plus de 530 000 à s’être expatriés à l’étranger. Cette diaspora représente une ressource essentielle pour le pays, à la fois économique et identitaire. Selon les chiffres de l’Office international des migrations (OIM), au début des années 2000, les transferts financiers représentaient entre 5 et 10 % du PIB, soit entre 300 et 500 millions d’euros annuels. En 2017, ces Sénégalais de l’étranger injectaient annuellement dans le pays plus de 2050 millions d’euros, soit 12,5 % du PIB. Une sorte de tradition de l’exode qui s’est accélérée avec fulgurance au début des années 2000. Alors que la moitié de la population vit dans les campagnes, en moins de 5 ans, elle est passée de 12 millions à 15 millions d’habitants. Les moins de 20 ans représentent 55 % de cette population, dont le taux de croissance annuel est de 3,8 %.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Philippe Gagnebet
Philippe Gagnebet est journaliste pour Le Monde et auteur pour les éditions Autrement. Il est notamment l'auteur de Réinventer la ville : Les (r)évolutions de Darwin à Bordeaux, Résilience écologique, Loos-en-Gohelle, ville "durrable" et Les 16-25 ans et la vie active, Le rôle des missions locales aux Éditions Ateliers Henry Dougier.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

À la croisée des destins

Un Sahraoui dans la ville

Le canot pneumatique est à l’arrêt. Ses passagers sont cahotés, de gauche à droite. Plus personne ne parle. Chacun scrute l’horizon, craignant de voir apparaître les très...

De Dakar à Castillon-la-Bataille : le métissage pour identité

« Nous avions une grande maison en Dordogne. Il est arrivé que l’on sonne chez nous, et que l’on me dise : « Bonjour, est-ce que je pourrais parler au propriétaire ? » »....

Républicains espagnols : « mon père, ma république, ma patrie »

Elles sont là, discrètes. Parfois au coin de notre rue. Nous les effleurons innocemment du regard quand nous arpentons le quartier de la base sous-marine à Bordeaux, ou quand...

André Rosevègue : une voix juive pour la paix

Né en 1945 d’un père polonais et d’une mère roumaine, tous deux juifs et communistes, André Rosevègue tente depuis quelques années de reconstituer le puzzle du passé familial....

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

« Eux c’est nous. » 146 personnes, dont des membres de l’association altermondialiste Bizi et le député européen José Bové ont voulu prendre la place des migrants du centre de...

Alpha Kaba : esclave en Libye, journaliste à l'IJBA

Alpha Kaba Sept était journaliste radio en Guinée. Suite à une de ses enquêtes il doit quitter son pays pour sauver sa vie. Il traverse le continent à pied jusqu'à l'Algérie......

Kurdes de Bordeaux : sur tous les fronts

Ils sont près de 2.500 sur l’ensemble du département de la Gironde. Extrêmement actifs politiquement, les Kurdes envahissent régulièrement l’espace public afin d’exposer leurs...

De Bordeaux à Dakar, les routes de l'exil.

Le pays, présenté comme l’un des plus stables d’Afrique, voit tout un pan de sa jeunesse tenter l’aventure vers l’Europe. Depuis le début des années 2000, ils partent par...

Guerre en Syrie, larmes en Gironde

Rien ne laissait présager que l’onde de choc provoquée par l’offensive turque dans le nord de la Syrie puisse se propager jusqu’à Bordeaux. Et pourtant, ces derniers jours...

Journaliste privé de droit

Urmondzhon Sufiev est journaliste indépendant. Ses enquêtes sur la corruption qui gangrène son pays, le Tadjikistan, l’ont placé dans l’œil du cyclone : c’est contraint et forcé...

Être une Guinéenne arbitre à Bruges

Oumou Baldé semble infatigable. Cette Guinéenne de 31 ans, installée en France depuis 2009, est sur tous les fronts. Celui des stades de football où elle a réussi à se faire une...

Mehmet Yalçin : une famille kurde dans la tourmente

Installé à Bordeaux depuis 2006, Mehmet Yalçin a bien manqué être expulsé vers son pays d’origine, la Turquie. Ses soutiens et avocats préviennent : s’il est extradé, il risque...

Communauté arménienne de Bordeaux : discrétion et solidarité

La communauté arménienne bordelaise est discrète, mais très active. Encore plus depuis la reprise des tensions au Haut-Karabakh. Une nouvelle association a vu le jour il y a...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Refuge

Les jeunes migrants isolés trouvent refuge en Gironde

Les jeunes migrants isolés trouvent refuge en Gironde

Avec les nouvelles routes migratoires remontant de l’Espagne via le Pays basque, le département de la Gironde voit affluer des centaines de jeunes migrants isolés. D’abord...
À la croisée des destins

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

« Eux c’est nous. » 146 personnes, dont des membres de l’association altermondialiste Bizi et le député européen José Bové ont voulu prendre la place des migrants du centre de...
À la croisée des destins

De Dakar à Castillon-la-Bataille : le métissage pour identité

De Dakar à Castillon-la-Bataille : le métissage pour identité

« Nous avions une grande maison en Dordogne. Il est arrivé que l’on sonne chez nous, et que l’on me dise : « Bonjour, est-ce que je pourrais parler au propriétaire ? » »....
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement