Épisode 2
10 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mercredi 8 avril 2020
par Clémence POSTIS
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.

Adrien Marquet, maire de Bordeaux, a accueilli une république en fuite et moribonde pour la transformer en la France de Vichy. Il n’obtiendra pas la reconnaissance attendue de Pétain, mais entretiendra des liens étroits avec les dignitaires nazis. De son ultracollaboration à son retour en politique, en passant par son arrestation et son procès, découvrez la fin de sa vie. Une vie que Bordeaux a préféré oublier…

Adrien Marquet. Une figure emblématique de la première moitié du 20e siècle en Gironde. Pourtant, nous l’avons tous oublié. Il a été effacé avec soins de l’histoire d’une ville qu’il a bâtie et dirigé pendant 19 ans.

Jeune marxiste fougueux, ses idéaux pour la défense du prolétariat n’ont pas tous survécu à la Première Guerre mondiale. Élu et réélu maire de Bordeaux, il a petit à petit glissé vers le fascisme. Jusqu’à devenir l’artisan des pleins pouvoirs de Pétain en 1940.

Alors que nous reprenons le fil de cette histoire, Marquet est ministre de l’Intérieur sous le régime de Vichy. Un poste correspondant enfin à la grandeur qu’il estime avoir ! Pour le professeur Hubert Bonin, auteur de Adrien Marquet : les dérives d’une ambition, il est absorbé par son arrivisme.

Le maréchal Pétain et Pierre Laval, à Vichy, aux alentours de 1942
Le maréchal Pétain et Pierre Laval, à Vichy, aux alentours de 1942 — Source : Wikimedia

Il l’aveugle tant qu’il n’a pas compris que Pierre Laval et Philippe Pétain le manipulent. En septembre, à peine un été après sa nomination au gouvernement, Marquet est exclu par un nouveau remaniement. « Cela montre bien que même au sein de Vichy, cet homme issu de la gauche ne représente rien aux yeux de Pétain », analyse Hubert Bonin. Selon lui, le maréchal a instrumentalisé Adrien Marquet. Il a utilisé ses soutiens pour arriver au pouvoir et son talent de planificateur pour lancer ses réformes. « Dès que Pétain a pu s’en débarrasser, il l’a fait. »

Complice des nazis

Marquet quitte Paris en colère, mais avant les grandes lois de déportations des juifs et des opposants. Ce renvoi qu’il juge humiliant le sauve de la condamnation à mort à la Libération, contrairement à Pierre Laval.

De retour à Bordeaux, il met en place ce qu’il appelle une gauche collaborationniste. Hubert Bonin est dur : « Il est un peu pitoyable. Il devient la marionnette des évènements et révèle son manque de stature sur le long terme. » Il choisit de s’allier avec les Allemands, car, en tant qu’homme de gauche, il se pense plus à même d’amener les classes populaires à la collaboration. Et ainsi leur éviter de rejoindre la Résistance…

« Il est confronté à une occupation allemande qui n’est jamais modérée, qui plus est dans une zone militaire. » Les camps d’internements de Mérignac et Bacalan sont déjà en place lorsqu’il revient en septembre 1940. À celui de Souge, aux portes de l’agglomération, près de 300 opposants au régime sont fusillés de 1940 à 1944. « À Bordeaux, l’armée allemande a pu compter sur l’appui d’une police très forte et très engagée dans la lutte contre les résistants. »

Cet article est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.
Dans le même feuilleton

Marquet : le maire collabo de Bordeaux (1/2)

Il a bâti Bordeaux, et pourtant il en est banni. Adrien Marquet est devenu un des plus grand tabou de la ville. Ministre de l’Intérieur sous le régime de Vichy, il a été un des...

Marquet : le maire collabo de Bordeaux (2/2)

Adrien Marquet, maire de Bordeaux, a accueilli une république en fuite et moribonde pour la transformer en la France de Vichy. Il n’obtiendra pas la reconnaissance attendue de...

Confinez les pestiférés

Entre la peste noire du milieu du XIVe siècle et la dernière grande peste qui a ravagé le Sud-Ouest — elle débute en 1629 — l’épidémie frappe 35 fois. En plus d’être récurrente...

La base sous-marine rouge sang

À Bordeaux, la base sous-marine est l’une des seules traces encore visibles de la Seconde Guerre mondiale. Si ce lieu est aujourd’hui synonyme de manifestations artistiques, il...

Choléra : de la crise sociale au progrès médical

Bordeaux connaît sa première épidémie de choléra en 1832. Touchant en grande partie les quartiers populaires, les discours politiques se veulent rassurants ou moralisateurs. En...

Grippe espagnole : bataille sanitaire en guerre mondiale

La plus grande hécatombe du début du XXe siècle n’est pas la Première Guerre mondiale, mais la grippe espagnole. Cependant, lorsque le conflit armé touche à sa fin avec les...

Podcastine : le passé de la base sous-marine

L’ancienne base sous-marine de Bordeaux n’a pas toujours été un lieu d’exposition. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle abrita aussi le destin tragique des réfugiés de la...

Programme B : meurtre crapuleux sur la Garonne

Le matin du 29 octobre 1875, le cadavre de Baptiste Méry est découvert, égorgé, au détour d’un chemin. Dans ce fait divers qui a marqué la ville, une bien jeune prostituée...

Programme B : L’embarrassant Monsieur Marquet

Il a bâti Bordeaux, et pourtant il en est banni. Adrien Marquet est devenu un des plus grand tabou de la ville. Ministre de l’Intérieur sous le régime de Vichy, il a été un des...

Programme B : Le temps pénible des colonies

De 1672 à 1837, 508 expéditions négrières financées par des armateurs bordelais déportent plus de 130 000 noirs vers les colonies. Sans le savoir, vous habitez peut-être l’une...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Longues Peines

Au nom de la loi je vous libère

Au nom de la loi je vous libère

Trois anciens détenus racontent leurs vingt ans en prison.
Longues Peines

Prisons : un enjeu féministe

Prisons : un enjeu féministe

Gwenola Ricordeau est sociologue, elle enseigne la justice criminelle à la California State University à Chico, aux États-Unis. Elle vient de publier Pour elles toutes – femmes...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement