Épisode 11
8 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Jeudi 1 avril 2021
par Amandine Sanial
Amandine Sanial
Journaliste souvent, photographe parfois, Amandine a collaboré avec Télérama, M le magazine du Monde ou encore Rue89 avant de couvrir l’actualité police-justice pour une agence de presse à Paris. De retour d’un long voyage à travers l’Europe, l’Asie centrale et l’Inde, elle a posé ses valises dans le Sud-Ouest.

On les appelle « les mutilés du cerveau ». Ils sont ces soldats que personne n’a jamais honorés, victimes de troubles mentaux causés par la Première Guerre mondiale et morts dans l’indifférence. À Cadillac, en Gironde, une centaine d’entre eux reposent dans l’un des derniers « cimetières des fous » de France, adossé à l’hôpital psychiatrique. Des soldats qu’on n’a jamais voulu voir, mais grâce à qui la psychiatrie a fait un pas en avant.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

La plupart ne portent pas de nom, pas de plaque. Derrière l’unité pour malades difficiles de l’hôpital psychiatrique, les croix rouillées des tombes alignées se ressemblent toutes. Le professeur Bénézech ne reconnaît même plus les allées. « Au moins, les os ne sortent plus de terre. » Il n’avait pas remis les pieds au cimetière depuis qu’il a été restauré. Ancien médecin-chef des hôpitaux psychiatriques de Cadillac, médecin légiste et criminologue, c’est en partie grâce à lui qu’on se souvient du « cimetière des oubliés ». Au terme d’une bataille qui aura duré plus de dix ans, le cimetière des internés psychiatriques a finalement été restauré en septembre 2020, un siècle après sa création.

« Des tas d’ossements qui sortaient de terre »

Avril 1918. Pendant que des centaines de milliers d’hommes combattent sur le front, les « asiles d’aliénés », ancêtres des hôpitaux psychiatriques, se remplissent. À Cadillac, l’augmentation du nombre de morts parmi les internés oblige l’asile à acquérir une nouvelle parcelle jouxtant le cimetière communal, afin d’y enterrer ses malades. Un « cimetière des fous », comme il en existe partout en France à l’époque.

Aujourd’hui, ce cimetière compte près de 900 sépultures. Mais au total, ce serait plus de 3000 internés psychiatriques qui y auraient été enterrés, souvent en pleine terre, les uns sur les autres. Pendant longtemps, le lieu n’a pas retenu l’attention des pouvoirs publics, pas plus que les morts qui l’habitent : il n’était pas rare de tomber sur un crâne ou de trébucher sur une croix arrachée en déambulant dans les allées délabrées.

Le « cimetière des oubliés » de Cadillac
Le « cimetière des oubliés » de Cadillac — Photo : Amandine Sanial

« C’était inhumain, ce cimetière avec ces tas d’ossements qui sortaient de terre », s’indigne encore Martine Bajolle, secrétaire de l’association des Amis du cimetière des oubliés. C’est elle qui en 2008 fait appel au professeur Bénézech pour sauver le cimetière, quand celui-ci est menacé d’être rasé pour en faire un parking. « C’était une question d’humanité, et un devoir de mémoire », poursuit Martine Bajolle. Car parmi ces internés psychiatriques morts à l’asile, 201 sont d’un genre particulier : des Poilus, que la guerre a rendus fous.

La moitié d’entre eux ont eu droit à une sépulture dans un carré réservé. Les autres ont probablement été enterrés à même la terre, ou inhumés ailleurs. Et si le lieu est inscrit comme « monument historique » depuis 2010, c’est un peu grâce à eux : pour sauver le cimetière, le professeur Bénézech a mis l’accent sur la présence de poilus entassés sous terre. C’est, rappelle Martine Bajolle, « ce qui a convaincu le préfet de région » de l’époque, Dominique Schmitt, de classer le site. Aujourd’hui, leurs noms sont gravés sur des plaques ocre au fond du cimetière de Cadillac, mais leur histoire, elle, est encore méconnue. 

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Amandine Sanial
Journaliste souvent, photographe parfois, Amandine a collaboré avec Télérama, M le magazine du Monde ou encore Rue89 avant de couvrir l’actualité police-justice pour une agence de presse à Paris. De retour d’un long voyage à travers l’Europe, l’Asie centrale et l’Inde, elle a posé ses valises dans le Sud-Ouest.
Dans le même feuilleton

Marquet : le maire collabo de Bordeaux (1/2)

Il a bâti Bordeaux, et pourtant il en est banni. Adrien Marquet est devenu un des plus grands tabous de la ville. Ministre de l’Intérieur sous le régime de Vichy, il a été un...

Marquet : le maire collabo de Bordeaux (2/2)

Adrien Marquet, maire de Bordeaux, a accueilli une république en fuite et moribonde pour la transformer en la France de Vichy. Il n’obtiendra pas la reconnaissance attendue de...

Confinez les pestiférés

Entre la peste noire du milieu du XIVe siècle et la dernière grande peste qui a ravagé le Sud-Ouest — elle débute en 1629 — l’épidémie frappe 35 fois. En plus d’être récurrente...

La base sous-marine rouge sang

À Bordeaux, la base sous-marine est l’une des seules traces encore visibles de la Seconde Guerre mondiale. Si ce lieu est aujourd’hui synonyme de manifestations artistiques, il...

Choléra : de la crise sociale au progrès médical

Bordeaux connaît sa première épidémie de choléra en 1832. Touchant en grande partie les quartiers populaires, les discours politiques se veulent rassurants ou moralisateurs. En...

Grippe espagnole : bataille sanitaire en guerre mondiale

La plus grande hécatombe du début du XXe siècle n’est pas la Première Guerre mondiale, mais la grippe espagnole. Cependant, lorsque le conflit armé touche à sa fin avec les...

Programme B : meurtre crapuleux sur la Garonne

Le matin du 29 octobre 1875, le cadavre de Baptiste Méry est découvert, égorgé, au détour d’un chemin. Dans ce fait divers qui a marqué la ville, une bien jeune prostituée...

Programme B : L’embarrassant Monsieur Marquet

Il a bâti Bordeaux, et pourtant il en est banni. Adrien Marquet est devenu un des plus grands tabous de la ville. Ministre de l’Intérieur sous le régime de Vichy, il a été un...

Programme B : Le temps pénible des colonies

De 1672 à 1837, 508 expéditions négrières financées par des armateurs bordelais déportent plus de 130 000 noirs vers les colonies. Sans le savoir, vous habitez peut-être l’une...

Programme B : l'éternité du chemin

Gabriel Okoundji est né au Congo-Brazzaville et est arrivé à Bordeaux en 1983. Il a été et est encore le témoin et l’acteur de toutes les Présences Noires qui ont émaillées la...

Cadillac : les « fous » cachés de la Grande guerre

On les appelle « les mutilés du cerveau ». Ils sont ces soldats que personne n’a jamais honorés, victimes de troubles mentaux causés par la Première Guerre mondiale et morts...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Le retour du sauvage

Retours des ours : à fils tirés

Retours des ours : à fils tirés

Moi je suis pour, moi totalement contre. La France adore les débats manichéens, discutailler longtemps et débattre, débattre. Pendant ce temps-là, les loups grignotent du...
Présences Noires

Histoire Noire : les flambeaux des affranchi·e·s

Histoire Noire : les flambeaux des affranchi·e·s

Le 10 mai 2018, l’association Mémoires et Partages organise une Marche aux Flambeaux pour faire découvrir aux Bordelais.e.s un pan méconnu de l’histoire des Noir.e.s : leur...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement