Épisode 2
11 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Samedi 14 octobre 2017
par Léa DUCRÉ et Benjamin Hoguet
Léa DUCRÉ
Journaliste, chef de projet et auteur : ma passion pour le reportage, l'enquête, la narration et les nouveaux médias s'exprime sous différentes formes. J'ai écrit pour des journaux en France (Le Monde Diplomatique, Neon, Libération, La Croix, Marianne, Politis, National Geographic et le Monde des Religions) et à l'étranger (le Courrier du Vietnam et L'Orient Le Jour). Je me spécialise désormais dans le secteur des nouvelles écritures au sein de la société de production interactive Upian.
Benjamin Hoguet
L’intersection entre narration et interaction a toujours été ma plus tenace passion. J’y consacre tout mon temps, que ce soit à travers mes projets ou l’animation d’une communauté que j’espère chaque jour plus forte.

Armés de leur bonne volonté et de leur vélo, Léa et Benjamin se lancent dans un road-trip « zéro euro ». Premier arrêt :le Lot-et-Garonne et sa monnaie locale l’abeille !

Face aux incohérences du système monétaire actuel, nous avons décidé de prendre la route des monnaies alternatives. Nous cheminons vers le Lot-et-Garonne pour y découvrir comment y a émergé une monnaie locale, complémentaire à l’euro. Ce faisant, nous découvrons que les monnaies locales ne sont en rien une création moderne, et que pour en comprendre les fondements, il va nous falloir légèrement remonter le temps…

Pendant une bonne partie du XVIIe siècle, les Anglais s’écharpent pour déterminer si leur île doit être une monarchie ou un régime parlementaire. Comme toute guerre civile digne de ce nom, le conflit plonge l’Angleterre dans un état de profonde désorganisation. La confiance en l’État n’étant plus ce qu’elle était et la petite monnaie venant souvent à manquer, de très nombreux commerçants ont alors décidé de prendre les choses en main.

John Ewing tenait alors boutique près de Saint George’s Church dans le quartier londonien de Southwark, un quartier de prisons et de mœurs légères. John vend du tabac et, face à la pénurie de pièces officielles, il décide de créer ses propres jetons de monnaie. Peut-être moins mégalo que le roi, il ne les frappe pas à son effigie, mais y appose un singe fumant la pipe (John avait un petit côté troll avant l’heure).

La monnaie, jusqu’à très récemment, était un monopole d’État.

Pendant un temps, sa monnaie locale a pu circuler dans le quartier. Et tout le monde pouvait l’utiliser puisque chaque jeton était en réalité une reconnaissance de dette. Une dette remboursable dans son magasin. Ce système fonctionne tant que les gens connaissent John et lui font confiance pour ne pas faire banqueroute dans deux jours. Il y a donc peu de chance que sa monnaie simiesque n’ait jamais circulé au-delà de quelques pâtés de maisons.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Léa DUCRÉ
Journaliste, chef de projet et auteur : ma passion pour le reportage, l'enquête, la narration et les nouveaux médias s'exprime sous différentes formes. J'ai écrit pour des journaux en France (Le Monde Diplomatique, Neon, Libération, La Croix, Marianne, Politis, National Geographic et le Monde des Religions) et à l'étranger (le Courrier du Vietnam et L'Orient Le Jour). Je me spécialise désormais dans le secteur des nouvelles écritures au sein de la société de production interactive Upian.
Benjamin Hoguet
L’intersection entre narration et interaction a toujours été ma plus tenace passion. J’y consacre tout mon temps, que ce soit à travers mes projets ou l’animation d’une communauté que j’espère chaque jour plus forte.
Dans le même feuilleton

La banquière et les gratuivores

Saviez-vous qu’une banque ne vous prête jamais son argent ? Le pouvoir des banques est immense et notre relation avec elles est totalement déséquilibré. Mais est-il possible...

L'abeille et le singe qui fume

Armés de leur bonne volonté et de leur vélo, Léa et Benjamin se lancent dans un road-trip « zéro euro ». Premier arrêt :le Lot-et-Garonne et sa monnaie locale l’abeille !

L'euskokart et le territoire

Le road-trip à vélo continue ! Après l’abeille, nos deux auteurs débarquent dans le Pays-Basque. Ici, l’eusko est une monnaie locale particulièrement active, la première de...

Le mineur et le bitcoin

Litecoin, Namecoin, Dogecoin, Peercoin, Ethereum, Monero… La quête des monnaies alternatives et indépendantes des banques portent nos deux auteurs vers les horizons de la...

Politique : comment la monnaie pourrait tout changer

Et si la monnaie, loin d’être neutre, pouvait servir des objectifs politiques et sociaux pour le bien collectif ? Banque centrale, monnaies locales, crypto-monnaie, dette…...

Cryptomonnaies : la planche à billets va flancher

Dans cet interview de Adli Takkal Bataille, l’entrepreneur de 25 ans, co-auteur du livre « Bitcoin, la monnaie acéphale », revient sur l’évolution de notre rapport à l’argent....

L'économie est un adolescent

"L'humanité est en danger et c'est de modèle économique qu'il faut changer."

Les comptes de la crypto : en finir avec les banques

On le connaît tous. Cet ami d’ami qui a investi dans le Bitcoin il y a quatre ans, et a gagné de quoi se payer une voiture. Mais derrière son caractère spéculatif, cette monnaie...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Far Ouest Radio

L'eau en Nouvelle-Aquitaine : 2030, une région à sec ?

L'eau en Nouvelle-Aquitaine : 2030, une région à sec ?

Du fait des bouleversements climatiques et des activités humaines, la première des ressources de l’Humanité apparaît menacée dans toutes les simulations scientifiques. Acteurs...
Les 5 Fantastiques

Livraison

Livraison

La musique adoucit même les moeurs des morts-vivants.
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement