4 minutes de lecture
Mardi 7 août 2018
par Anthony CONAN et Mariana TANCHAUD
Anthony CONAN
Journaliste apprenti de 20 ans à l'EFJ Bordeaux, avec l'ambition de devenir journaliste télé. Passé par RCF Radio, Bordeaux TV et Bordeaux Gazette.
Mariana TANCHAUD
Je suis une journaliste apprentie de 20 ans. Je souhaite devenir journaliste reporter d'images ou animer une matinale à la radio. J'ai effectué plusieurs stages chez France Bleu Gironde, Biarritz Culture, Bordeaux Gazette, Esprit Cine, Serum Press. J'ai aussi été chroniqueuse sur VMER ( webradio étudiante ). .

La vie des femmes peut s’avérer très compliquée la nuit dans les rues de Bordeaux. Ces dernières se doivent d’être de plus en plus vigilantes malgré elles. Ruelles sombres, quartiers intimidants, comment réagir face à ces attitudes néfastes? Chargée des relations presse et co-créatrice de Stop Harcèlement de Rue, Plaisance Denia est engagée dans cette lutte qui lui est chère. Elle détaille les missions de l’association.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

À partir d’où le terme « harcèlement » peut-il être évoqué ?

Selon les principes de l’association, le harcèlement de rue englobe les injures, gestes et regards gênants, voire obscènes. On inclut aussi les agressions ou tentatives d’agressions sexuelles, les attouchements ainsi que les filatures. D’un point de vue plus général, le harcèlement a lieu lorsque qu’une personne est contrainte de subir un comportement qu’elle juge dérangeant, de manière souvent répétitive et sans consentement. Il est néanmoins différent de la drague. On peut se faire draguer et refuser les avances d’une personne. Le harcèlement a lieu si cette personne réitère alors que nous avons exprimé notre non-consentement.

Nous recueillons régulièrement des témoignages de victimes, mais aussi de témoins de harcèlements (environ cinq messages par semaine). Lors de ces confidences, nous retrouvons principalement les approches verbales insistantes souvent suivies d’injures. Il y a aussi énormément de victimes de filature et malheureusement quelques témoignages de victimes de « frotteurisme », d’exhibitions et d’agressions.

En tant que femme, que signifie représenter une association qui se bat contre le harcèlement ?

En tant que femme, mais surtout en tant que citoyenne, je trouve important de lutter pour un espace public où nous pourrions évoluer tranquillement. L’ayant vécu personnellement, je regrette qu’il n’y ait pas eu de telle structure avant à Bordeaux. Je veille cependant à rappeler que nous ne voulons pas d’une lutte « hommes contre femmes », mais d’une lutte menée conjointement contre ce fléau. La majorité des cas sont féminins — environ 80 %, mais il y a aussi 20 % d’hommes.

Quelles méthodes utilisez-vous pour faire parler les victimes ?

Lorsque nous avons lancé notre antenne, nous avons publié un appel à témoignages sur les réseaux sociaux. Nous avons ensuite mené cette enquête sur le terrain, sur les campus ou encore en ville. Le but était de donner la parole aux victimes et témoins de harcèlement de rue afin de faire connaître ce fléau. Nous voulons faire comprendre aux victimes qu’elles ne sont pas seules et que nous souhaitons les aider et les inclure dans nos actions.

La majorité des cas sont féminins — environ 80 %, mais il y a aussi 20 % d’hommes.

Lorsque nous organisons des actions, nous tâchons d’inciter le public à nous faire part de son ressenti et de son vécu, le but étant de créer un réel dialogue et de s’entraider. Enfin, le bouche à oreilles fonctionne assez bien puisque nous recevons des messages de personnes par ce biais.

Organisez-vous régulièrement des manifestations ?

Nous organisons plusieurs manifestations. Sur notre « Parcours d’une victime de harcèlement de rue » par exemple, les bénévoles sont chargés de tenir des pancartes où l’on peut lire les différentes formes de harcèlement de manière chronologique et ascendante. Nous possédons aussi notre « Mur de la Honte », sur lequel nous invitons les personnes à écrire des formes de harcèlement vécues et/ou entendues dans la rue.

Campagne photo contre le harcèlement de rue
Campagne photo contre le harcèlement de rue — Stop harcèlement de rue Bordeaux

Les personnes peuvent aussi choisir d’écrire des phrases d’encouragement et des astuces pour se sortir de situations à risques. Nous organisons aussi un brainstorming au cours duquel il est possible de témoigner d’une situation de harcèlement de rue. Nous avons ainsi pu entrevoir des domaines d’actions pour encourager les témoins à s’impliquer dans la lutte sans prendre de risques.

Enfin, nous mettons à disposition notre « Petit Guide contre le harcèlement de rue » dans lequel nous recensons les différentes formes de harcèlements et différents moyens sécurisés pour se sortir de telles situations — et se faire aider. Nous prévoyons d’organiser encore plusieurs actions pour l’année à venir, notamment une campagne photo visant à sensibiliser au rôle du témoin.

Quelles sont vos stratégies de communication pour sensibiliser les personnes ?

Dans un premier temps, il nous a semblé essentiel de sensibiliser le public en relayant les témoignages reçus par notre association. Ainsi, nous avons construit notre « Petit guide de secours contre le harcèlement de rue » qui nous permettait à la fois de sensibiliser, de faire de la prévention et de donner des astuces pour lutter contre le harcèlement de rue.

Nous avons axé nos actions sur les victimes, nous souhaitons également donner la parole et aider les témoins dans leur rôle difficile. Nos futures actions sont donc en partie autour de la problématique de l’action lorsque nous assistons à une scène de harcèlement. Après avoir participé au débat des Nuits citoyennes de Bordeaux, nous avons également prévu de mettre en place des actions qui permettraient de donner la parole aux hommes bordelais, qui n’osent pas toujours s’exprimer à ce sujet, mais qui vivent également le harcèlement de rue au quotidien.

Petit guide de secours contre le harcèlement de rue
Petit guide de secours contre le harcèlement de rue — Stop harcèlement de rue Bordeaux

Nous prévoyons enfin, en collaboration avec la Mairie de Bordeaux et la Délégation régionale au droit des femmes et à l’égalité, de mettre en place des actions plus larges d’un point de vue géographique et qui pourraient impliquer les établissements de la ville de Bordeaux. Nous sommes bien entendu très présentes sur notre page Facebook pour venir en aide ou informer les personnes qui souhaitent nous contacter et nous accueillons tout volontaire avec plaisir dans notre association.

Entretien réalisé en partenariat avec les étudiants en journalisme de l’EFJ.

Anthony CONAN
Journaliste apprenti de 20 ans à l'EFJ Bordeaux, avec l'ambition de devenir journaliste télé. Passé par RCF Radio, Bordeaux TV et Bordeaux Gazette.
Mariana TANCHAUD
Je suis une journaliste apprentie de 20 ans. Je souhaite devenir journaliste reporter d'images ou animer une matinale à la radio. J'ai effectué plusieurs stages chez France Bleu Gironde, Biarritz Culture, Bordeaux Gazette, Esprit Cine, Serum Press. J'ai aussi été chroniqueuse sur VMER ( webradio étudiante ). .
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Nous ne voulons pas dormir

19h-23h : Entre chien et loup

Connaissez-vous vraiment le visage de Bordeaux la nuit ? Commençons notre déambulation nocturne, tout en photos et audio, par les heures les plus visibles de la nuit.

23h-2h : Débats et décadence

La nuit, c’est l’arbre des possibles. J’y vais, j’y vais pas ?

3h-7h : Déphasages

Alors que l'aube se rapproche, on n'en finit plus de ne pas dormir. Au coeur de la nuit, d'autres personnes prennent possession de la ville

Le VOID en sursis

Le 10 mai dernier, les tenanciers du VOID se voyaient notifier un arrêté préfectoral sans préavis, leur interdisant toute diffusion de musique amplifiée. En cause, des mises aux...

Un conseil de la nuit à Bordeaux

Pour comprendre et appréhender la nuit bordelaise, la municipalité met en place un Conseil de la Nuit. Alors que certains citoyens se sentent dépossédés d’une ville en pleine...

Bordeaux : nuit conforme

Bordeaux, nouvel eldorado. Si l’offre touristique est exponentielle, pourquoi l’offre de nuit reste-t-elle aussi limitée et si peu diversifiée ? Les jeunes fêtards...

I am Stramgram : comment exister ?

I Am Stramgram nous parle de son quotidien d’artiste indépendant, avec ses joies et ses galères. « C’est dur d’exister longtemps. » I Am Stramgram a fait le choix de...

Ayla Millepied : la crédibilité

Ayla Millepied, comme Odezenne, a besoin de se sentir perdue pour créer. Alors direction Istanbul ! "Être artiste c'est pas un travail, on vous file des allocs... C'est quand...

Bordeaux la nuit : zone de travaux

La nuit : un chantier constamment en travaux. Les mairies s’en saisissent progressivement et les spécialistes de l’urbanisme aussi. Nos confrères de la Revue Cambo lui ont même...

Coach de nuit pour les bars

Ils sont barmen et responsables de deux bars bien connus de La Victoire à Bordeaux. Avec leur gérant, ils devaient choisir une formation de groupe et ont opté pour une...

Bordeaux : le fléau du harcèlement de rue

La vie des femmes peut s’avérer très compliquée la nuit dans les rues de Bordeaux. Ces dernières se doivent d’être de plus en plus vigilantes malgré elles. Ruelles sombres...

Alternatiboak, ces autres fêtes de Bayonne

L’Assemblée des jeunes Bayonnais, une association d’habitants âgés de 17 à 28 ans, organise depuis 2007 une alternative aux célèbres journées rouges et blanches de la ville....

L'électro à Bordeaux : la scène qui monte ?

Historiquement c’est plutôt la scène rock qui fait la réputation de la capitale girondine. Mais depuis quelques années, peut-être cinq selon certains de nos interlocuteurs, la...

Rockfarmers autonomes

Une répétition avec le groupe The Inspector Cluzo, rockers de Chalosse autosuffisants de la musique à la ferme.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Le PodCATS

PodCATS #3 : « Escape toi si tu peux »

PodCATS #3 : « Escape toi si tu peux »

Pour ce troisième épisode du PodCATS, je vais nous enfermer dans une escape room. Ce jeu, de plus en plus populaire en France, consiste à résoudre une série d’énigme en une...
Vies Polaires

Victimes collatérales

Victimes collatérales

Nikolas est bipolaire. Son compagnon Philippe, et sa soeur Chrystelle, tentent de l’accompagner tant bien que mal dans la maladie. Mais qui les accompagne, eux ? Tour à tour...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement