Épisode 9
4 minutes de lecture
Jeudi 25 janvier 2018
par Maylis Détrie
Maylis Détrie
Journaliste radio de formation et de passion, Maylis Détrie aborde la presse écrite avec une approche documentaire. Elle a notamment travaillé pour Radio Nova et écrit sur l'urbanisme, le social et l'environnement pour Rue89 Bordeaux.

La nuit : un chantier constamment en travaux. Les mairies s’en saisissent progressivement et les spécialistes de l’urbanisme aussi. Nos confrères de la Revue Cambo lui ont même consacré leur dernier numéro. Tour d’horizon avec Stella Manning, chargée d’étude à l’agence d’urbanisme A’urba qui a coordonné ce dossier spécial.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire un numéro sur la nuit ?

On essaie d’avoir un coup d’avance dans notre réflexion, d’avoir des dossiers de défrichement. On s’est rendu compte qu’on n’était pas tant précurseurs puisque la ville de Bordeaux travaillait sur cette question de façon parallèle. La prise en compte des questions de nuit dans les politiques locales se fait en sous-marin et n’est pour l’instant pas du tout affichée. Dans la revue Cambo, on a défriché pas mal de thèmes, le sport, les saisons, la périurbanisation, l’économie et le thème de la nuit est venu naturellement parce qu’il émerge depuis une dizaine d’années.

La spécificité bordelaise : l’impact des grands projets urbains sur la question des activités nocturnes.

Pourquoi ce thème a-t-il été tant délaissé ?

Les politiques publiques de la nuit étaient au départ limitées à l’entretien, quelque chose d’administratif, d’assez formaté. Puis est intervenu le champ de la politique sociale et des préventions. À Bordeaux, ça a commencé avec les problèmes de drogue et d’alcoolisation. Il y a eu aussi la série des noyades dans la Garonne aux alentours de 2013. On a commencé alors à se poser plus précisément la question de comment gouverner la nuit.

Cela a d’ailleurs émergé de façon parallèle dans les autres agglomérations : Paris, Nantes, Toulouse, Rennes… Ils se sont rendus compte qu’une métropole vit toute la nuit et qu’il y’a toujours des temps et des lieux de friction entre les activités. Mais en même temps ils savent que l’attractivité d’une métropole est aussi sa vie de nuit, qu’ils ne peuvent pas tout étouffer. Qu’il leur faut donc réguler plutôt que combattre. Et c’est dans cette optique-là que réfléchissent maintenant les grandes métropoles : comment garder leur attractivité tout en limitant les dégâts en termes de comportement et de conflits de voisinage ?

La constellation des établissements fermés réalisée par A'urba
La constellation des établissements fermés. Vous en connaissez certains ? — Source : À’urba

Qu’est-ce qui est spécifique à la nuit bordelaise ?

Ce sont ses grands projets d’urbanisme qui impactent directement des lieux de vie de nuit avec notamment Euratlantique qui construit Quai de Paludate. Il y a des négociations qui sont en cours pour réguler ce quartier (peut-être un peu trop) et aller vers des activités plus qualitatives. Cela pose des questions parce que réguler est une chose, mais ces activités vont de toute façon continuer. Et si ce n’est plus à Paludate, où iront-elles ? On parle aujourd’hui de la ré-émergence du quartier Bassins à Flots comme nouveau lieu de nuit. Pour autant, le quartier Bassins à Flots qui fait partie de cette opération d’urbanisme d’envergure n’a pas du tout été conçu comme possible réceptacle d’activités de nuit. Ce serait donc ça la spécificité bordelaise : l’impact des grands projets urbains sur la question des activités nocturnes.

On parle de la ville-détresse avec la question de la place des femmes et de leurs peurs la nuit.

Pourquoi Bordeaux n’arrive pas à délimiter un quartier attribué à ces activités ?

Mais parce qu’il me semble que ça ne se décrète pas ! La thèse de Cécilia Commelli (qui a coordonné ce numéro de Cambo avec moi) est de montrer comment les aménagements urbains ont pu dans certains cas « booster » une activité nocturne en la gentrifiant, en la polissant, comme dans le quartier Saint-Pierre qui était le coupe-gorge de Bordeaux et qui est maintenant devenu relativement bobo avec une activité nocturne dynamique ; et comment dans certains cas ça peut l’étouffer. Or, on n’étouffe pas l’activité nocturne, elle se déporte de toute façon, quitte à se développer dans l’espace privé, avec des fêtes qui peuvent poser autant voire plus de problèmes à la force publique qui a beaucoup de mal à la réguler.

Au fur et à mesure de la rédaction des articles de ce numéro, quelle pelote avez-vous déroulée, qu’est ce que vous avez découvert ?

On a vraiment essayé d’élargir les angles choisis. On a axé sur la gouvernance, mais aussi sur le travail de nuit, le Samu social, les éboueurs… Et puis on parle de la ville-détresse avec la question de la place des femmes et de leurs peurs la nuit. On y découvre que Bordeaux contient encore beaucoup d’endroits anxiogènes pour les femmes et qu’il y’a plusieurs initiatives mises en place pour pallier à ces inquiétudes.

La boîte de nuit La Plage, quai de Paludate
La boîte de nuit La Plage, quai de Paludate — Photo : L’œil de Ken

Il y a aussi une interview de Christophe Vidal, l’ancien « maire de la nuit » à Toulouse. Est-ce que la création de ce poste dans plusieurs grandes villes de France a selon vous apporté des améliorations ?

Les différentes expériences menées dans les agglomérations françaises n’ont pas mené à des modifications pérennes pour le moment. Les villes se cherchent encore sur cette question. Globalement c’est l’émergence d’une prise en compte des problématiques de nuit. Ce qui peut être intéressant c’est que les personnes désignées à ce poste soient vraiment en interface entre le monde de la nuit et le monde public, celui du jour.

Qu’elles ne soient pas juste des porte-parole comme dans certaines villes où l’élection s’est faite dans un bar ou une boîte de nuit et devient de l’ordre du lobby. En tout cas Bordeaux avance à petits pas sur la question. Je sais qu’ils cherchent de manière transversale à fédérer un grand nombre d’élus aussi bien dans le domaine de l’urbanisme que de l’économie ou du tourisme. Il y’a un travail à faire en interne avant d’ouvrir ces questions vers l’extérieur.

Pour plus de détails, le numéro 12 de la Revue Cambo est toujours en kiosque

Maylis Détrie
Journaliste radio de formation et de passion, Maylis Détrie aborde la presse écrite avec une approche documentaire. Elle a notamment travaillé pour Radio Nova et écrit sur l'urbanisme, le social et l'environnement pour Rue89 Bordeaux.
Dans le même feuilleton

19h-23h : Entre chien et loup

Connaissez-vous vraiment le visage de Bordeaux la nuit ? Commençons notre déambulation nocturne, tout en photos et audio, par les heures les plus visibles de la nuit.

23h-2h : Débats et décadence

La nuit, c’est l’arbre des possibles. J’y vais, j’y vais pas ?

3h-7h : Déphasages

Alors que l'aube se rapproche, on n'en finit plus de ne pas dormir. Au coeur de la nuit, d'autres personnes prennent possession de la ville

Le VOID en sursis

Le 10 mai dernier, les tenanciers du VOID se voyaient notifier un arrêté préfectoral sans préavis, leur interdisant toute diffusion de musique amplifiée. En cause, des mises aux...

Un conseil de la nuit à Bordeaux

Pour comprendre et appréhender la nuit bordelaise, la municipalité met en place un Conseil de la Nuit. Alors que certains citoyens se sentent dépossédés d’une ville en pleine...

Bordeaux : nuit conforme

Bordeaux, nouvel eldorado. Si l’offre touristique est exponentielle, pourquoi l’offre de nuit reste-t-elle aussi limitée et si peu diversifiée ? Les jeunes fêtards...

I am Stramgram : comment exister ?

I Am Stramgram nous parle de son quotidien d’artiste indépendant, avec ses joies et ses galères. « C’est dur d’exister longtemps. » I Am Stramgram a fait le choix de...

Ayla Millepied : la crédibilité

Ayla Millepied, comme Odezenne, a besoin de se sentir perdue pour créer. Alors direction Istanbul ! "Être artiste c'est pas un travail, on vous file des allocs... C'est quand...

Bordeaux la nuit : zone de travaux

La nuit : un chantier constamment en travaux. Les mairies s’en saisissent progressivement et les spécialistes de l’urbanisme aussi. Nos confrères de la Revue Cambo lui ont même...

Coach de nuit pour les bars

Ils sont barmen et responsables de deux bars bien connus de La Victoire à Bordeaux. Avec leur gérant, ils devaient choisir une formation de groupe et ont opté pour une...

Bordeaux : le fléau du harcèlement de rue

La vie des femmes peut s’avérer très compliquée la nuit dans les rues de Bordeaux. Ces dernières se doivent d’être de plus en plus vigilantes malgré elles. Ruelles sombres...

Alternatiboak, ces autres fêtes de Bayonne

L’Assemblée des jeunes Bayonnais, une association d’habitants âgés de 17 à 28 ans, organise depuis 2007 une alternative aux célèbres journées rouges et blanches de la ville....

L'électro à Bordeaux : la scène qui monte ?

Historiquement c’est plutôt la scène rock qui fait la réputation de la capitale girondine. Mais depuis quelques années, peut-être cinq selon certains de nos interlocuteurs, la...

Rockfarmers autonomes

Une répétition avec le groupe The Inspector Cluzo, rockers de Chalosse autosuffisants de la musique à la ferme.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
N°1 : Courage

Le vieil homme et la terre

Le vieil homme et la terre

Au cœur de la campagne girondine, une génération de jeunes agriculteurs se prépare à prendre la relève de la vieille garde incarnée par Hervé Georges, paysan et militant. Dans...
Social Brutal

Bordeaux : l’abandon « des cités » vu de l’intérieur

Bordeaux : l’abandon « des cités » vu de l’intérieur

Après la mort d’un jeune homme de 16 ans, tué par arme à feu dans le quartier des Aubiers à Bordeaux en janvier 2021, la pression médiatique s’est estompée. La superposition des...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement