Épisode 1
9 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Jeudi 23 novembre 2017
par Clémence POSTIS
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.

Mardi matin, coupure de courant. Deux heures coincée dans mon petit appartement, sans ordinateur, café ou téléphone. Deux heures pour saisir l’importance de l’électricité dans ma vie quotidienne. Et assez pour m’interroger sur la provenance de cette énergie indispensable à mon mode de vie. La centrale nucléaire du Blayais a 36 ans et les pieds dans l’eau. Risque de noyade ?

Le nucléaire produit 77 % de l’énergie en France. Avec 58 réacteurs vieillissants répartis sur 19 centrales, la France est le deuxième pays producteur d’électricité nucléaire au monde. Conséquence directe : mon smartphone est rechargé par l’électricité d’une centrale, celle du Blayais. Quelques recherches sur internet plus tard, j’apprends qu’elle fête ses trente-six ans en 2017, au cœur de l’estuaire de la Gironde. À très exactement 45,96 km de mon lieu de travail.

Comment fonctionne une centrale ?

Le centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) du Blayais se dresse au cœur des marais du Blayais, dans une petite commune de 1500 habitants : Braud-Et-Saint-Louis avec sa piscine municipale, sa médiathèque, son centre de loisirs et… sa centrale nucléaire, donc, qui délivre l’électricité nécessaire au fonctionnement de mon ordinateur. Mais je ne sais toujours pas comment. Naïvement, j’imagine de l’uranium, du plutonium, ou n’importe quel mot en -ium, directement branché à une prise électrique.

Perplexe face à ma propre ignorance, je me tourne vers des vulgarisateurs qui ne m’ont jamais laissé tomber : Fred et Jamie. Une fois un peu au fait du fonctionnement général, je me sens prête à rencontrer de « vrais » scientifiques.

Pour répondre à mes questions, je me rends au Centre d’étude du nucléaire de Bordeaux-Gradignan (CENBG). Ici, des bâtiments un peu vieillots abritent des laboratoires incroyables. À quelques mètres d’un accélérateur de particules, je rencontre Serge Czajkowski, physicien nucléaire et maître de conférences à l’université de Bordeaux. Un peu bourru, cheveux poivre et sel en pétard et affublé d’un vieux t-shirt, il m’explique comment fonctionne une centrale nucléaire.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.
Dans le même feuilleton

Dis, c'est quoi cette centrale ?

Mardi matin, coupure de courant. Deux heures coincée dans mon petit appartement, sans ordinateur, café ou téléphone. Deux heures pour saisir l’importance de l’électricité dans...

Nucléaire : l'homme et la machine

Entre falsifications, sous-traitance et risque d'erreur humaine, la centrale du Blayais vue de l'intérieur.

Guide de survie nucléaire

Que faut-il faire en cas d'accident nucléaire grave ? Découvrez comment l'État et le Blayais se préparent à la catastrophe.

Comprimés d'iode : la pilule qui passe mal

Présentés par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) comme la solution aux effets supposés d’un accident nucléaire, une grande méconnaissance entoure les comprimés d’iodure de...

Dans la tête d'un survivaliste

Vincent*, est un père de famille girondin de 40 ans. Il a tenu à rester anonyme parce qu’il craint de voir « débarquer toute une ville devant chez lui si une catastrophe se...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Apprenti·e·s

Harcèlement scolaire : « Agir, réagir, pourquoi ne rien dire ? »

Harcèlement scolaire : « Agir, réagir, pourquoi ne rien dire ? »

32 élèves de seconde au lycée Sud-Médoc La Boétie (Taillan-Médoc) ont rédigé le webmagazine « pupille » en suivant le thème du harcèlement scolaire. Des rubriques concernant des...
Man Vs Wild

Villa Shamengo : utopie suspendue

Villa Shamengo : utopie suspendue

À Bordeaux, les travaux de la Villa Shamengo sont suspendus depuis le 3 janvier dernier. Le projet de construction de la maison-école-laboratoire subit depuis son annonce en...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement