12 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 24 novembre 2017
par Sébastien Gendron, Clémence POSTIS, et Camille Mazaleyrat
Sébastien Gendron
Né en 1970, Sébastien Gendron est auteur de romans noirs et réalisateur. Il publie La Jeune Fille et le Cachalot, son premier roman, en 2003. Suivront un recueil de nouvelles et dix autres romans dont le numéro 266 de la collection du Poulpe : Mort à Denise. En parallèle, il collabore à des revues comme chroniqueur, publie des romans pour la jeunesse et écrit des feuilletons littéraires.
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.
Camille Mazaleyrat
Après des études d'art à l'Ecole Européenne de l'Image de Poitiers et un passage à l'université Laval (Québec) en science de l'animation, je travaille aujourd'hui comme animateur 2D et monteur vidéo.

2019. Ils vivent à moins de 10 km de la centrale du Blayais. Leur vie, et celle de tout un territoire va basculer.

Alexandre Il a encore plu toute la journée, sans discontinuer. Ça s’est un peu calmé en début de soirée, pour reprendre de plus belle à la tombée de la nuit. De toute façon, il pleut depuis cinq jours maintenant. Ce n’est pas rare dans la région, au mois d’avril. On les avait prévenus quand ils sont venus aménager ici, après dix ans passés sur la côte d’Azur. N’empêche que c’est lourd. Le ciel est bas. Selon les vents, on peut voir passer les nuages de faible altitude à toute vitesse au-dessus de la maison. Parfois, on sent même les embruns en provenance de l’embouchure.

« Ça sent la marée » dit souvent Léon. Au début, ça l’amusait. Ça lui rappelait la Méditerranée. Et puis au fur et à mesure des saisons, ça a commencé à le barber. Normal, s’est d’abord dit Alexandre : les ados sont comme ça, jamais satisfaits de rien. Mais là, ce soir, il doit bien reconnaître que l’ambiance est pesante. Depuis hier, les infos météorologiques s’affolent : un front dépressionnaire important se dirige vers le nord du pays. Les côtes de Bretagne, de Vendée et d’Aquitaine sont en alerte rouge, avec risques de submersions. Toute la flotte commerciale a été mise aux abris et depuis la mi-journée, on attend en regardant le ciel grossir au-dessus de la mer. En fin de matinée, les vents ont forci sur le littoral atlantique. Ça arrive, c’est ample, et ici, les marais du Blayais ont déjà débordé.

C’est ce que Ventura, l’un des collègues d’Alexandre, lui a dit tout à l’heure au téléphone. Et à vrai dire le vieux responsable des ateliers municipaux avait du mal à cacher ses angoisses. Il n’arrêtait pas d’évoquer les tempêtes de 1999. Il disait :

— C’était y a 20 ans. Depuis, le réchauffement climatique s’est pas calmé, au contraire. Si ça se trouve, on va s’en prendre encore plein la gueule, mais en pire. T’imagine si la digue de Braud-et-Saint-Louis pète…

— Elle est à huit mètres cinquante. Faudrait que…

— Que quoi ? Greenpeace avait préconisé 9 mètres, Alex. Et pour faire des économies, les autorités ont fait comme toi : elles se sont dit que huit mètres cinquante, ça suffirait bien.

Ici, à Copians, on est dans le couloir de l’Estuaire, donc bien exposé aux turbulences. Il se souvient de ce jour où, pour la première fois, il a emmené Emmanuelle et Léon à la citadelle de Blaye, quinze kilomètres plus au nord. Sur le mur des fortifications de Vauban, Léon avait jeté par-dessus bord un bout de bois qui était aussitôt remonté comme une fusée vers le ciel, poussé par un vent ascendant puissant venue de la rive en contrebas. Ce n’était certes pas le Mistral, mais ça faisait tout de même son petit effet. Quand on est, comme Alexandre Bayard, le directeur technique d’une petite commune au bord du second fleuve le plus puissant du territoire, on sait qu’une catastrophe est toujours envisageable.

Alexandre quitte la fenêtre qui ruisselle de pluie et regarde l’horloge murale. La première bourrasque venue de l’ouest frappe la maison et fait trembler toute la structure. Ça ne dure pas plus de quelques secondes, comme une vague qui déferle. Il est 21h12.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Sébastien Gendron
Né en 1970, Sébastien Gendron est auteur de romans noirs et réalisateur. Il publie La Jeune Fille et le Cachalot, son premier roman, en 2003. Suivront un recueil de nouvelles et dix autres romans dont le numéro 266 de la collection du Poulpe : Mort à Denise. En parallèle, il collabore à des revues comme chroniqueur, publie des romans pour la jeunesse et écrit des feuilletons littéraires.
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.
Camille Mazaleyrat
Après des études d'art à l'Ecole Européenne de l'Image de Poitiers et un passage à l'université Laval (Québec) en science de l'animation, je travaille aujourd'hui comme animateur 2D et monteur vidéo.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

20 000 ans

Jour 1 : la tempête

2019. Ils vivent à moins de 10 km de la centrale du Blayais. Leur vie, et celle de tout un territoire va basculer.

Jour 2 : l'accident

La digue de la centrale du Blayais a cédé. L’évacuation de la population est sur le point de commencer. Emmanuelle et Alexandre, qui s’occupent de la logistique, ignorent que...

Semaine 1 : le réveil

Une semaine après la fusion du coeur du réacteur à la centrale du Blayais. Le moment de constater les dégâts, et de prendre conscience que plus rien ne sera jamais plus comme...

Année 10 : le retour interdit

Dix ans après la catastrophe nucléaire du Blayais, Léon et Doreen retournent à Copians. Ils veulent voir, ils veulent comprendre. Faire leur deuil. À quoi ressemble la Gironde...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Embarqués

Ni homme ni femme, mais non-binaire

Ni homme ni femme, mais non-binaire

Sven est un·e vidéaste de 29 ans, membre de l’association bordelaise Trans 3.0. Son genre ne correspond pas au sexe biologique — dans son cas féminin — qu’on lui a assigné à la...
Far Ouest Radio

Non-binaire, ça veut dire quoi ?

Non-binaire, ça veut dire quoi ?

Son genre ne correspond pas toujours au sexe biologique. Mais qui dit genre, ne dit pas forcément "homme" ou "femme".
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement