Épisode 5
6 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Samedi 25 juillet 2020
par Charlene Rautenberg
Charlene Rautenberg
Après avoir quitté sa ville natale Berlin, la passionnée de langues s'est lancée dans le monde journalistique français. Derrière la caméra et avec le stylo dans la main, elle découvre les nombreuses associations et initiatives bordelaises, comme sa vie culturelle et sportive.

À chaque problème, sa solution. Vraiment ? Dans les années 1950, l’historien, sociologue et théologien bordelais Jacques Ellul mettait en garde contre l’avancement de la technique au nom du bien public. En juillet 2020, Patrick Chastenet participait au festival Les Réclusiennes à Sainte-Foy-la-Grande autour du thème « l’injonction technologique ». Ce professeur de Sciences politiques à l’Université de Bordeaux est reconnu à l’international comme l’un des meilleurs spécialistes de Jacques Ellul.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Vous êtes intervenus au festival sur le sujet de « l’injonction technologique ».
Qu’est-ce que cette injonction ?

Nous vivons dans une société où nous essayons de réduire tous les problèmes, qu’ils soient individuels ou collectifs, à des problèmes techniques. Ils doivent être solutionnés de façon technique, mais ces solutions créent à leur tour d’autres problèmes. Cela débouche sur ce que l’on peut appeler une inflation technicienne : un « toujours plus » de technique.

Qu’est-ce que vous entendez par le terme « technique » ?

Je vais reprendre la définition de Jacques Ellul, le penseur bordelais sur lequel je travaille et qui était mon professeur à partir de 1974. Par technique, il n’entend pas « la machine ». Il parle de la recherche du moyen le plus efficace, dans tous les domaines et indépendamment de toute autre considération.

L’idéologie technicienne est une sorte de course permanente à l’innovation, aidée par la publicité. Elle nous dégoûte d’un objet qui nous rend service en nous persuadant qu’il est obsolète et qu’il faut à tout prix en acheter un autre. Jacques Ellul ne nous dit pas que ce progrès technique ne nous apporte rien, mais qu’il y a une ambivalence. Il montre très bien qu’au quotidien le progrès technique libère autant qu’il aliène. C’est l’idée que tout progrès technique se paie.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Charlene Rautenberg
Après avoir quitté sa ville natale Berlin, la passionnée de langues s'est lancée dans le monde journalistique français. Derrière la caméra et avec le stylo dans la main, elle découvre les nombreuses associations et initiatives bordelaises, comme sa vie culturelle et sportive.
Dans le même feuilleton

Du neuf du côté de l'occasion ?

Casser son téléphone, ça arrive à tout le monde. Mais que faire, si l’on ne veut pas en racheter un neuf ? Peut-on le réparer ? Est-ce intéressant de le faire ? Quelles sont les...

Recycler son smartphone

En moyenne, un Français change de téléphone tous les deux ans… Un rythme effréné, qui représente une énorme pression sur nos ressources naturelles. Et ce d’autant plus que la...

Vers l'économie circulaire

Comment pratiquer la sobriété dans une société où tout est fait pour nous pousser à consommer ? Petit à petit, des solutions alternatives à l’achat neuf prennent de l’ampleur....

Écologie : livre ou liseuse ?

En 2018 les ventes de livres numériques ont dépassé pour la première fois le cap des 100 millions d’euros, avec une hausse des achats de 6%. Même si cet usage de lecture reste...

Chastenet & Ellul : l'inflation technicienne

À chaque problème, sa solution. Vraiment ? Dans les années 1950, l’historien, sociologue et théologien bordelais Jacques Ellul mettait en garde contre l’avancement de la...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Par Bélénos !

Un mariage et quatre enterrements

Un mariage et quatre enterrements

Samedi, 17 heures. Par miracle, je suis toujours en vie. Je peux admirer l’archéosite de Coriobona, un village gaulois reconstitué qui est notre terrain de jeu, et réfléchir à...
Bonnes vacances au chômage

L'effet domino : la vie après Darbo

L'effet domino : la vie après Darbo

"On est au tout début. " Pour aider Gramax à reprendre Darbo, le Département avait déboursé 300 000 euros. Pour prouver qu'il y a eu des pratiques frauduleuses, il mandate un...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement