Épisode 2
8 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Samedi 1 septembre 2018
par Clémence POSTIS
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.

Samedi 2 juin 2018, 1 500 auto-stoppeurs participent à une course d’un nouveau genre : la Mad Jacques. De Bordeaux, Paris, Lyon et ailleurs, tous ont le même objectif : rejoindre Chéniers, petit village de la Creuse. En bon partisans du journalisme total, nous avons lustré nos pouces pour participer à cette grande course en auto-stop. Arriverons-nous dans les temps ? Rien n’est moins sûr.

Place Stalingrad, Bordeaux, 7 h 30 du matin. Au pied du Lion bleu, dans la lumière du matin, une trentaine de personnes attendent, sac de randonnée aux pieds. Deux garçons sont déguisés en Princesse Leïa et Han Solo, un duo de filles en Flamands roses. Nous attendons le top départ de la Mad Jacques : une journée pour atteindre Chéniers, un petit village de la Creuse, uniquement en auto-stop !

Pour cette épreuve je suis équipée de mes plus belles chaussures de randonnée, d’un sac énorme élimé auquel pend une tente quechua. En me voyant partir de chez lui ce matin, mon meilleur ami m’a regardé partir en secouant la tête. « J’aimerais tellement que ton toi d’il y a dix ans te regarde… »

Il y a dix ans, sortir sans eye-liner — même pour acheter du pain — était inconcevable. Porter autre chose que des talons ou des ballerines ? Inimaginable également. Lorsque je me sentais d’humeur décontractée, j’acceptais, à contrecœur, d’enfiler une paire de converse. Mais au fond de la personne plus relax que je suis devenue sommeille encore aujourd’hui le petit cœur d’une vraie princesse bourgeoise. Est-il nécessaire de préciser que je n’ai jamais fait de stop ou de camping ? Je refuse formellement d’aller à un festival s’il faut dormir dans une tente et utiliser des douches communes.

La Mad Jacques, l’occasion rêvée pour s’exprimer — Capture d’écran via Mad Jacques  

Ça tombe bien : c’est exactement ce pour quoi j’ai signé avec la Mad Jacques. Une fois arrivée à Chéniers, un festival de 24 heures m’attend sur place, camping compris. Cet événement un peu fou a vu le jour en 2017, après une campagne de crowdfunding réussie en décembre 2016. Si 700 participants s’étaient pressés jusqu’à Chéniers l’an dernier, nous sommes 1500 à relever le défi cette année. Bruno Leal Marques, en charge des partenariats de la course, m’explique le choix de ce petit village. « Il nous fallait un lieu équidistant des grandes villes. Et le moulin de Piot, avec son camping, la rivière, cet espace immense… C’était parfait ! »

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.
Dans le même feuilleton

Adultes : la liberté de jouer

Jouer, c’est pour les enfants ? La société nous pousse à être toujours plus performant et à rentabiliser toutes nos activités. Mais plus la pression augmente, plus jouer devient...

Course en autostop : Mad Jacques a dit

Samedi 2 juin 2018, 1 500 auto-stoppeurs participent à une course d’un nouveau genre : la Mad Jacques. De Bordeaux, Paris, Lyon et ailleurs, tous ont le même objectif...

Escape game : la grande évasion

« Aidez-moi. J’ai peur… » Nous sommes quatre, enfermés dans une chambre d’enfant. Entre les poupées et les cubes en bois, une voix aigrelette résonne. « Becky ! Arrête de me...

Jeu de rôle papier : jouer son histoire

Le jeu de rôle : réunis autour d’une table, joueurs et maître du jeu déroulent une aventure dont ils sont les héros. Forme de jeu symbolique chez l’adulte, ses bénéfices sociaux...

Motion Twin : tous patrons, tous gamers

En 2018, un studio de développement de jeux vidéo bordelais est sur les lèvres des joueurs du monde entier. Motion Twin a tout les attraits d’une belle histoire. Cette Scop a...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
La réalité des squats de la Métropole

Le SQUID : un toit pour les déracinés

Le SQUID : un toit pour les déracinés

En Gironde, plus de 2000 personnes vivent dans des squats. Parmi les 130 bâtiments occupés recensés sur le territoire de la métropole bordelaise, 7 sont gérés par le collectif...
Au-delà du réel

L'homme-médecine des Landes de Gascogne

L'homme-médecine des Landes de Gascogne

De 1991 à 2001, Laurent a vécu avec les Indiens Lakotas. Ses rencontres avec les hommes-médecine sioux l’ont amené à devenir, un pas après l’autre, un des gardiens de la...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement