7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 24 avril 2018
par Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Correspondant à Bordeaux pour Europe 1, pour qui je commente les matchs à domicile des Girondins, et pour Radio Classique, pour qui je fais des reportages d’information générale. J’écris dans Grazia en tant que pigiste régulier, pour la rubrique actualités, sur des thèmes très divers. J’assure également une correspondance, toujours à Bordeaux, pour le quotidien Le Courrier de l’Ouest. Je suis pigiste pour Sud-Ouest Magazine, le mook Sang-Froid et le Journal des Télécoms. .

Samedi 14 avril, Stop Mines 87 tenait une réunion publique aux abords du périmètre concerné par le permis de recherche de mines. L’occasion d’informer la population avant de tenir une assemblée générale, avec à l’ordre du jour les moyens à employer pour mieux se faire entendre.

C’est une salle des fêtes ordinaire, comme on en trouve un peu partout, au papier peint sans relief et aux chaises alignées paresseusement devant un bureau banal. Banal, ce qu’il se passe ce samedi 14 avril à La Meyze, à une trentaine de kilomètres au sud de Limoges, ne l’est pourtant pas : l’association Stop Mines 87 y tient successivement une réunion publique puis son assemblée générale.

Le premier temps est donc consacré à l’information d’une trentaine de personnes, qui pour la plupart vivent sur le territoire du permis de recherche minière dit de Bonneval : 261 km2 en plein cœur du Limousin, à cheval sur la Haute-Vienne, et la Dordogne. C’est ce périmètre qui est tracé, en rouge, sur la photo ci-jointe. Il touche dix communes et englobe entre autres trois concessions encore actives, celles qui figurent en hachuré sur la même photo.

Le grand périmètre rouge délimite la zone du permis de recherche
Le grand périmètre rouge délimite la zone du permis de recherche — Photo : Jean Berthelot

Ces dernières méritent que l’on s’y attarde, et c’est notamment ce que fait Stop Mines 87 au début de sa réunion avec les riverains : elle explique ce passé minier, qui est loin d’être refermé. Ces trois concessions sont des vestiges des mines d’or qui ont, durant des dizaines d’années, été exploitées dans le Limousin, considéré alors comme le « Far West » européen.

Après une période d’exploitation à l’époque gauloise, les filons ont en effet été réexploités dans le courant du XIXe siècle jusqu’à la fin du XXe, la dernière mine du territoire, celle du Chalard, fermant en 2002. C’est celle qui, sur la photo, figure à gauche en hachuré.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Correspondant à Bordeaux pour Europe 1, pour qui je commente les matchs à domicile des Girondins, et pour Radio Classique, pour qui je fais des reportages d’information générale. J’écris dans Grazia en tant que pigiste régulier, pour la rubrique actualités, sur des thèmes très divers. J’assure également une correspondance, toujours à Bordeaux, pour le quotidien Le Courrier de l’Ouest. Je suis pigiste pour Sud-Ouest Magazine, le mook Sang-Froid et le Journal des Télécoms. .
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

La Mine Dort

Mine d'or basque : suite mais pas fin

Contrairement à ce qui a été annoncé fin février, le dossier de la mine d’or au Pays basque n’a pas été totalement clos. La société qui souhaitait obtenir un permis de...

Mines : la terre plutôt que l'or

Catastrophiques pour l’environnement, les mines d’or appartenaient à des temps révolus depuis que l’on avait fermé la dernière en France métropolitaine, en 2004. C’est du moins...

Mines d'or : les Limousins font moins peur que les Basques ?

Contre toute logique environnementale et même économique, les mines d’or pourraient bientôt redevenir une réalité sur le territoire métropolitain. Dans le Limousin, deux permis...

Stop Mines 87 : le déni de démocratie

Au-delà même des menaces de catastrophes environnementales et sanitaires qu’elles font peser sur les territoires où elles sont susceptibles de s’implanter, les mines — et leur...

Or dans le Limousin : mine de rien

Samedi 14 avril, Stop Mines 87 tenait une réunion publique aux abords du périmètre concerné par le permis de recherche de mines. L’occasion d’informer la population avant de...

Mine dans la Creuse : il n'est plus l'or Monseignor

En 2013, l’entreprise canadienne Cominor-La Mancha obtient un permis exclusif de recherche (PER) d’or dans la Creuse, près de Lussat. En 2016 pourtant, ce PER n’est pas...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Ernest le Squelette

La vérité des corps

La vérité des corps

Qui est Ernest Pagnon de Fontaubert ? Suis-je Ernest ? Un certain Bernard Aumasson, généalogiste francilien, affirme que je ne suis pas cet illustre châtelain. Il a ainsi...
En vrai, en vrac

50 ans de féminisme

50 ans de féminisme

En 1977, Anne Raulin, avec un groupe de femmes, traduit et adapte le livre américain "Notre Corps, Nous-mêmes" sur la santé féminine. 50 ans après, neuf femmes le réadaptent...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement