6 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 9 mars 2018
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

Le processus de paix au Pays Basque ne ressemble définitivement à aucun autre. Alors que celles et ceux qui le portent demandent avec insistance aux Etats français et espagnol de s’engager sur le terrain de la conciliation, Paris et Madrid restent pour le moins distants. Pire : le gouvernement espagnol s’arc-boute dans une négation totale du processus de paix, et préfère proclamer sa victoire contre le terrorisme. Au Pays Basque, ce manque d’horizon énerve, agite. Et pourrait bien créer de nouvelles rancœurs, loin de la paix tant espérée.

Nous sommes tard dans la nuit du 15 au 16 octobre 2016. Les fêtes d’Alsasua, un petit village de la communauté forale de Navarre au Pays basque sud, battent leur plein. Les bars du centre-ville sont bondés, l’atmosphère est joyeuse, enivrée. Soudain, deux hommes et leurs compagnes échangent des mots avec un groupe de jeunes garçons et filles, avant de se voir éconduits du bar Koxka Taberna. Cette histoire, semblable à tant d’autres, aurait pu s’arrêter là.

Mais il s’avère que les deux hommes pris à partie sont en réalité des membres de l’unité espagnole de la Guardia Civil, justement en civil. Ces derniers dénoncent immédiatement un lynchage organisé. Un acte politique. Les jeunes gens et les témoins rapportent eux des provocations de la part de militaires passablement ivres, et une blessure accidentelle de l’un d’entre eux qui se seraient tordu la cheville dans la bousculade. Il n’empêche que ce dernier doit être opéré. Les autres dommages sont anecdotiques : on parle d’un torticolis et d’un ongle retourné.

pays basque, processus de paux, eta, démilitarisation, prisonniers, prison, PP, Phalange, politique, association de victime, terrorisme
Appel à la manifestation pour le rapprochement des prisonniers — Photo : Maud Rieu

Sept garçons et filles, âgés de 19 à 24 ans vont rapidement être interpellés, puis placés en détention. Au mois de novembre, le haut tribunal espagnol décide de poursuivre les jeunes gens pour « délit de terrorisme ». Alors qu’ETA a annoncé un cessez-le-feu permanent depuis 2011, et que la société basque s’investit dans « l’après », cette affaire questionne ce processus de paix dont nous parlons tant.

Madrid : pas de processus de paix, mais une victoire contre le terrorisme

Le traitement réservé à cette affaire met bien en lumière une volonté politique du gouvernement espagnol de maintenir sa pression sur la jeunesse basque. Cette bagarre de bar somme toute assez banale a ainsi été assimilée à un acte de Kale Borroka, ces émeutes urbaines qui agitaient les rues aux heures les plus dures du conflit. Nous évoluions alors dans une autre époque : celle des lance-pierres, des contenaires incendiés et des courses poursuites hebdomadaires dans les rues des villes basques.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Comment vivre en paix ?

Pays basque : le désarmement

Le chemin de l'apaisement au Pays Basque est semé d'embûches. Retour sur le désarmement chaotique de l'ETA.

Prisonnier·e·s basques : en finir avec la politique de dispersion

C’est un sujet brûlant. Une épine au cœur du processus de paix. Les mesures d’exception appliquées par les États français et espagnols envers les prisonniers et les prisonnières...

Pays basque : l'horizon fuyant de la réconciliation

Le processus de paix au Pays Basque ne ressemble définitivement à aucun autre. Alors que celles et ceux qui le portent demandent avec insistance aux Etats français et espagnol...

La voie Basque : le désarmement par la société civile

Iñaki Egana est historien. Il vient de signer un nouvel ouvrage, « Le désarmement – la voie basque » (Mediabask Elkartea Editions, 2018) qui vient ponctuer des années de...

Anti G7 : la méthode en question

Le sommet du G7 qui débute aujourd’hui à Biarritz plonge le Pays basque au cœur d’un arsenal policier et militaire extraordinaire, des deux côtés de la frontière. Si le...

Théologie de la libération : l'église catholique et le conflit basque

Ce n’est plus un secret pour personne : l’Église catholique a joué un rôle important tout au long du conflit basque, des deux côtés de la frontière. Ce qui a valu à certains...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
À la croisée des destins

Républicains espagnols : « mon père, ma république, ma patrie »

Républicains espagnols : « mon père, ma république, ma patrie »

Elles sont là, discrètes. Parfois au coin de notre rue. Nous les effleurons innocemment du regard quand nous arpentons le quartier de la base sous-marine à Bordeaux, ou quand...
Écartez-vous mesdames

Contraception : du latex et des hormones

Contraception : du latex et des hormones

« Et toi, tu utilises quoi comme contraception ? ». Pour de nombreuses femmes, le choix de la méthode contraceptive peut devenir un vrai parcours du combattant, entre mal...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement