Épisode 1
5 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 12 juillet 2019
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

Alors que l’été bat son plein, la préfecture de la Gironde passe à l’offensive: en quarante-huit heures, deux squats –un à Saint-Médard, et un à Bordeaux- ont été évacués par les forces de l’ordre. Près de deux cent personnes, en majorité des demandeurs d’asile, se retrouvent à la rue.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

NB : Il y a deux mois, Revue Far Ouest débutait une immersion dans l’univers des squats bordelais. Notre objectif ? Prendre le temps de vous proposer une lecture humaine et profonde de ce qui est devenu un fait de société. Cette série, qui devait initialement voir le jour à la rentrée, voit son calendrier bouleversé : plusieurs lieux — dont un visité à plusieurs reprises par nos journalistes, le « Gars Rage », rue des Cordeliers — ont été évacués par les forces de l’ordre ces derniers jours. C’est donc prématurément qu’un premier épisode voit le jour, un article marqué par l’urgence.

Assiste-t-on à une charge des pouvoirs publics contre les bâtiments servant de refuge aux plus précaires ? C’est en tout cas l’avis partagé de manière unanime par la grosse centaine de personnes rassemblée devant la préfecture de police de Bordeaux, jeudi 11 juillet. En présence de quelques figures politiques, syndicales et associatives, les prises de parole se sont succédé, égratignant de manière récurrente une préfecture coupable « de tenter de rendre la vie impossible » aux migrants.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Dans le même feuilleton

Squats : urgence sur la métropole

Alors que l’été bat son plein, la préfecture de la Gironde passe à l’offensive: en quarante-huit heures, deux squats –un à Saint-Médard, et un à Bordeaux- ont été évacués par...

Les jeunes migrants isolés trouvent refuge en Gironde

Avec les nouvelles routes migratoires remontant de l’Espagne via le Pays basque, le département de la Gironde voit affluer des centaines de jeunes migrants isolés. D’abord...

Le SQUID : un toit pour les déracinés

En Gironde, plus de 2000 personnes vivent dans des squats. Parmi les 130 bâtiments occupés recensés sur le territoire de la métropole bordelaise, 7 sont gérés par le collectif...

Squat : la réquisition comme alternative

Près de 160 personnes en grande difficulté ont été relogées samedi 9 novembre, dans un ancien EHPAD désaffecté, situé sur la commune de Cenon. Alors que la crise de...

Squat : « la possibilité de réquisitionner doit devenir une obligation. »

Raymond Blet est avocat à la retraite. Après avoir opéré bénévolement dans la jungle de Calais, il conseille les migrants, les sans-abris et les associations de Bordeaux sur...

Pausa : offrir une halte

Ces dernières années, la ville de Bayonne s’est retrouvée sur une des nombreuses routes de l’exil. C’est dans ce contexte que le centre d’accueil « Pausa» a ouvert ses portes à...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Cash sur Table

Cash impact : deux ans après, les pesticides dans le Bordelais

Cash impact : deux ans après, les pesticides dans le Bordelais

En 2016, une enquête de Cash Investigation sur les produits phyto-sanitaires créé un raz-de-marée dans le vignoble bordelais. Deux ans après, ils reviennent dans une nouvelle...
À chacun son Mai 68

Mai 68 à Périgueux : « La peur »

Mai 68 à Périgueux : « La peur »

31 mai 1968 : les gaullistes se réveillent à Périgueux, et décident « siffler la fin de la récréation » à grand coup de contre-manifestations.
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement