Épisode 13
7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Jeudi 12 août 2021
par Sevan Hosebian-Vartanian
Sevan Hosebian-Vartanian
Originaire de la Drôme, Sevan Hosebian-Vartanian a rejoint le Sud-Ouest pour intégrer l'Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (Ijba) en 2019. En alternance à Far Ouest pour l'année, ses sujets de prédilection sont les problématiques sociétales et les questions religieuses.

Katia Khemache est historienne et autrice du livre Harkis, un passé qui ne passe pas (Cairn Editions). Présente au festival international du journalisme à Couthures-sur-Garonne, elle revient sur l’histoire du camp de Bias, dans le Lot-et-Garonne, où ont vécu jusqu’à 1 300 Harkis à la fin de la guerre d’Algérie.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Qui sont les Harkis ?

À l’origine, les harkis à proprement parlé (avec un petit h !) sont une des cinq catégories de supplétifs de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Ce sont les membres des unités qu’on appelait harka, ce qui veut dire « mouvement » en arabe. Aujourd’hui, le terme générique de « Harki » regroupe tous les supplétifs algériens de l’armée française, et pas seulement les membres des unités en mouvement. On y ajoute aussi les militaires engagés sous contrat ou conscrits, puis les 200 000 « Français de souche nord-africaine ou indigène » qui ont été armés par les Français durant la guerre d’Algérie. Un dernier groupe correspond aux civils : les élus, les notables musulmans et les fonctionnaires qui n’ont pas démissionné pendant ce qu’on a appelé les « événements d’Algérie » entre 1954 et 1962. Le terme de « Harki » regroupe donc toutes ces catégories de personnes, et comme toute généralisation, elle est abusive car elle masque ces réalités complètement différentes.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Sevan Hosebian-Vartanian
Originaire de la Drôme, Sevan Hosebian-Vartanian a rejoint le Sud-Ouest pour intégrer l'Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (Ijba) en 2019. En alternance à Far Ouest pour l'année, ses sujets de prédilection sont les problématiques sociétales et les questions religieuses.
Dans le même feuilleton

Victoire Tuaillon : les couilles sur la table !

"98% des auteurs de tueries de masse aux États-Unis sont des hommes : c'est bien qu'il y a un problème."

Manon Bril : Antique Youtube

Manon Bril, fraîchement docteure en Histoire, veut dérider et dépoussiérer l'apprentissage de l'histoire.

Serge Tisseron : Robot où es-tu ?

Vous rêvez de robots et d'intelligences artificielles ? Mais ils sont déjà partout autour de vous !

Robot : recoller les morceaux du bonheur

Sans lien social, nous mourrons, purement et simplement. Et si les robots pouvaient nous sauver la vie ?

Sylvie Ayral : la fabrique des garçons

Criminalité conjugale, viols, suicides. Comment, en 2018, fabrique-t-on des garçons ?

Migrants : zone grise et non droit

« Pour la première fois, j'ai franchi le pas entre journaliste et être humain. »

L'égalité des cerveaux

"C'est seulement à l'âge de deux ans et demi que l'enfant s'identifie au masculin ou au féminin."

Écologie : « Du cul, de l'humour, du WTF »

"Il faudrait peut-être trouver un nouveau mot qu'écolo. 'Humain', c'est bien déjà, non ?"

LGBT+ : partir pour mieux vivre

Au Brésil et en Tunisie, les personnes LGBT émigrent pour en finir avec l'oppression et la peur.

Le jeu vidéo est-il sexiste ?

Quelles représentations des femmes dans le jeu vidéo ? Nous avons rencontré Fanny Lignon, autrice du livre Genre et jeux vidéo, au festival de journalisme de Couthures pour...

Fabienne Sintès : Les femmes dans les médias

La voix du soir de France inter, Fabienne Sintès, était présente au Festival International de Journalisme de Couthures pour une conférence sur la place des femmes dans les...

Complotisme : pourquoi croit-on ?

Thierry Ripoll est professeur de psychologie cognitive à l’université d’Aix-Marseille et directeur du Centre de Formation des Psychologues de l’Éducation nationale. Il...

Harkis du Lot-et-Garonne : une mémoire encore vive

Katia Khemache est historienne et autrice du livre Harkis, un passé qui ne passe pas (Cairn Editions). Présente au festival international du journalisme à Couthures-sur-Garonne...

Éco-anxiété : l’angoisse d’une planète qui brûle

Karine Le Loët est journaliste. Pour sa série de podcasts « L’effondrement et moi », diffusée sur France Culture, elle part à la rencontre de celles et ceux qui cherchent des...

Paul François : un paysan en lutte contre Monsanto

Pendant quinze ans, l’agriculteur charentais Paul François a mené une bataille judiciaire contre le géant Monsanto, après son intoxication par un herbicide. De son combat est...

DirtyBiology : influence ou journalisme ?

Léo Grasset, biologiste de formation, lance en 2014 sa chaîne YouTube de vulgarisation scientifique : DirtyBiology. Il devient ainsi, pour ses 1,2 million d’abonnés, une source...

Cysséepho : parcours d'une ex-complotiste

Tout part d’une rage de dents soignée grâce à l’aromathérapie. De là, Barbara Vasseur va petit à petit entrer dans une spirale de désinformation, alimentée par la bulle de...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Histoires d'époques

Cadillac : les « fous » cachés de la Grande guerre

Cadillac : les « fous » cachés de la Grande guerre

On les appelle « les mutilés du cerveau ». Ils sont ces soldats que personne n’a jamais honorés, victimes de troubles mentaux causés par la Première Guerre mondiale et morts...
Histoires d'époques

Choléra : de la crise sociale au progrès médical

Choléra : de la crise sociale au progrès médical

Bordeaux connaît sa première épidémie de choléra en 1832. Touchant en grande partie les quartiers populaires, les discours politiques se veulent rassurants ou moralisateurs. En...
Présences Noires

L'histoire noire invisible en Aquitaine

L'histoire noire invisible en Aquitaine

Nous avons rencontré Mar Fall dans le quartier Saint-Michel, à Bordeaux. Ce sociologue, qui n’a pas dérogé au costume cravate, place au cœur de ses travaux l’histoire de la...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement