7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mercredi 22 juin 2022
par Sevan Hosebian-Vartanian
Sevan Hosebian-Vartanian
Originaire de la Drôme, Sevan Hosebian-Vartanian a rejoint le Sud-Ouest pour intégrer l'Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (Ijba) en 2019. En alternance à Far Ouest pour l'année, ses sujets de prédilection sont les problématiques sociétales et les questions religieuses.

À Bressuire, dans les Deux-Sèvres, Ishe, Charlie et Sasha mènent une vie presque normale. Mais dans une ville où tout le monde se connaît, iels ne passent pas inaperçu·es. Ni tout à fait fille, ni tout à fait garçon, les trois jeunes sont non-binaires : iels ne se reconnaissent pas dans le genre qui leur a été assigné à la naissance.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Sur le bord de la route, les vaches ne remarquent même plus les voitures qui défilent entre leurs prairies verdoyantes. Les bocages laissent peu à peu place à de petits bourgs, qui, une fois passés, mènent à Bressuire, l’une des deux sous-préfectures des Deux-Sèvres. Bressuire compte 20 000 habitants, trois à quatre trains par jour, un unique cinéma, et des rues où tout le monde se croise.

À quelques minutes du centre-ville, je retrouve Ishe dans un quartier pavillonnaire où les maisons à plusieurs niveaux sont plus grandes les unes que les autres. La sienne ne fait pas exception. Dans le grand salon lumineux, la cheminée éteinte, décorée avec des figurines de la saga Harry Potter, est imposante. Ishe a 23 ans, des mèches de cheveux violets et blonds, porte le bouc, une chemise bleue à fleurs et des chaussures à plateforme multicolores. Iel est transgenre et non-binaire. « Je ne suis ni un homme ni une femme. Je suis moi. J’utilise les accords et le pronom neutres iel. Cela correspond plus à qui je suis », confie Ishe, assis·e dans son salon sur un tabouret en bois.

Je ne suis ni un homme ni une femme. Je suis moi.

À sa naissance en Nouvelle-Calédonie, Ishe a été assigné·e garçon. Iel a deux ans quand ses parents s’installent à Troyes. Quelques semaines plus tard, sa mère se sépare de son père — qu’iel n’a plus jamais revu. Ishe et sa mère vivront ensuite à Saintes, avant de rejoindre les Deux-Sèvres. Iel y passe une enfance banale, dans un village où vit sa grand-mère. Petit·e, Ishe n’avait pas de questionnement sur son identité de genre. « Mon enfance était normée, mais je n’ai jamais accepté les codes du genre, comme dire que Barbie est un jouet pour filles et Action Man un jouet pour garçons.» Ishe a quinze ans quand iel suit sa mère à Bressuire. « Elle y a acheté cette maison, car elle voulait m’offrir un pied-à-terre et une stabilité. »

Internet pour « fuir la réalité »

Début 2017, à peine trois ans après avoir acheté sa maison, la mère d’Ishe meurt. À 18 ans, pourtant propriétaire, iel décide de quitter Bressuire pour étudier les mathématiques à La Rochelle.  « Les études ne me plaisaient pas, puis je me suis fait·e larguer. J’ai remis toute ma vie en perspective et j’ai décidé de revenir à Bressuire, où j’avais déjà mes repères. »

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Sevan Hosebian-Vartanian
Originaire de la Drôme, Sevan Hosebian-Vartanian a rejoint le Sud-Ouest pour intégrer l'Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (Ijba) en 2019. En alternance à Far Ouest pour l'année, ses sujets de prédilection sont les problématiques sociétales et les questions religieuses.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

FantastiQueer

Drag-queens, reines de la maison

Quatre drag-queens, membres de la la Maison Éclose —première maison de drag-queens à Bordeaux— revendiquent cette culture et leur identité.

LGBT+ : partir pour mieux vivre

Au Brésil et en Tunisie, les personnes LGBT émigrent pour en finir avec l'oppression et la peur.

Pride sauvage, (cis)tème brutal

La Marche des Fiertés commémore chaque année l’insurrection de Stonewall. Évènement pilier de la lutte de la communauté LGBTQUIA+, elle a été annulée suite à la crise sanitaire...

Ni homme ni femme, mais non-binaire

Sven est un·e vidéaste de 29 ans, membre de l’association bordelaise Trans 3.0. Son genre ne correspond pas au sexe biologique — dans son cas féminin — qu’on lui a assigné à la...

Couples homosexuels : se marier au temple ?

Depuis 2015, l’Église protestante permet la bénédiction des mariages homosexuels. Alors que les souvenirs de la Manif Pour Tous sont encore vifs dans les esprits, nous avons...

LGBT+ de Bayonne : Sortir à la lumière

Les Bascos est une association LGBT+ au Pays basque. De ses débuts comme club de randonnée, en passant par la lutte contre les discriminations, le collectif a grandi au milieu...

Vivre sa non-binarité à la campagne

À Bressuire, dans les Deux-Sèvres, Ishe, Charlie et Sasha mènent une vie presque normale. Mais dans une ville où tout le monde se connaît, iels ne passent pas inaperçu·es. Ni...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Passager·e·s

Effondrement : l'écologie des riches

Effondrement : l'écologie des riches

L’effondrement, la collapsologie, la fin des sociétés industrielles… Des termes et des concepts entendus partout depuis quelques mois, y compris chez Far Ouest. Jean-Baptiste...
En vrai, en vrac

Le Pourquoi Pas Café met la culture locale sous enveloppe

Le Pourquoi Pas Café met la culture locale sous enveloppe

Contraint de fermer ses portes depuis le 28 octobre dernier, le Pourquoi pas Café culturel se réinvente. Afin de lutter contre l'isolement en ces temps de crise sanitaire...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement