2 minutes de lecture
Mercredi 3 mai 2023
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

Ils surgissent par centaines dans les actions de blocage ou en tête des manifestations, au milieu d’un épais nuage de gaz lacrymogène. Jeunes et militants, ils parlent du syndicalisme comme d’une œuvre périmée. Pour comprendre ce phénomène mondial qui a également trouvé écho dans les manifestations en Nouvelle-Aquitaine, rencontre avec trois d’entre eux.

On dit de la jeunesse de France qu’elle est désintéressée, dépolitisée, voire résignée. Les centrales syndicales se lamentent de l’absence de renouveau dans leurs rangs, et que dire des partis politiques qui ne parviennent que très peu à les ramener à eux. Pire : l’abstentionnisme chez les jeunes, chaque fois plus important, deviendrait même « une menace pour la démocratie». Les chiffres à l’échelle nationale sont stupéfiants : lors des municipales de juin 2021, le taux d’abstention a atteint 72 % chez les 18-34 ans, selon une estimation Ipsos-Sopra Steria.

Pourtant, il est des changements profonds que personne ne semble vouloir regarder en face. Les faits sont là, sous nos yeux, et les illustrations ne manquent pas. En 2016, la jeunesse a pris le contrôle des manifestations contre la Loi Travail de manière spectaculaire ; en 2018, à Paris, le cortège non syndical à Paris était plus important numériquement que le cortège syndical ; et, à partir de novembre 2018, le mouvement des Gilets jaunes – le plus gros et le plus long mouvement social de ces 30 dernières année – a fait vaciller l’Élysée, en dehors de toute structure syndicale.

Jeunesse enragée

À l’heure des présentations, Chico, Léo et Jennifer, trois jeunes néo-aquitains habitués à défiler en marge des cortèges syndicaux, se montrent peu prolixes. Las d’être dépeints dans les médias, au mieux comme « auto- nomes », « anarchistes » ou « black blocs », au pire comme « membres de l’ultra-gauche » ou « casseurs », ils n’ont que faire d’appellations qu’ils rejettent en bloc. Si tous trois ont des parcours et des visions différentes, ils partagent néanmoins le rejet du capitalisme, de l’État, et de l’idéologie du travail et du salariat. Pour eux, semble importer la stratégie collective : porter haut et fort leurs idéaux révolutionnaires et occuper des premiers rôles trop longtemps confisqués par deux grandes centrales syndicales, aussi puissantes que pyramidales : la CGT et la CFDT.

Ceux qui votent sont complices d’un système dégueulasse, qui pour faire barrage à l’extrême droite intériorise ses idées et les met en pratique.

Une dynamique qui, si elle n’est pas nouvelle – la mouvance « autonome » a soixante ans au compteur –, a fait une réapparition spectaculaire en France depuis plusieurs années.

Alors, comment en est-on arrivés là ? Chico, un Bordelais de 22 ans, est tombé dans le militantisme dès le lycée. « C’était en 2016, à mon sens un véritable point de bascule. » Le gouvernement socialiste de François Hollande venait de passer en force la « Loi Travail », à grand renfort de l’article 49.3.

Des manifestants contre la venue de Marine Le Pen à Bordeaux, le 2 avril 2017

C’est l’époque de Nuit debout, et des premiers « cortèges de tête » en France : par centaines, des jeunes s’emparent du combat, et entendent défiler en tête des manifestations. Léo, 25 ans aujourd’hui et Bordelais également, était de ceux-là. « Ce sont mes premières manifestations. Pourtant issu d’un milieu de gauche et sensible aux luttes sociales, je voyais les manifestations comme des moments d’ennui collectif. En 2016, il s’est passé un truc. »

Lire cet article en entier

Retrouvez cet article dans Revue Far Ouest : Tout Reprendre
Ils et elles sont cyclistes, hackeurs, agriculteurs, étudiants, simples citoyens… Ils sont des réfugiés, des gens du voyage, des auteurs à succès ou des travailleurs du sexe non-déclarés. Des explorateurs malgré eux d’une société et de ses contradictions.

Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

N°2 : Tout Reprendre

Ces citoyens qui rachètent les forêts pour les protéger

Lassés de voir leurs forêts rasées les unes après les autres, des citoyens se sont unis pour les protéger. Dans le sud de la Corrèze, l’association « Faîte et Racines » rachète...

Cannabis, l'or de nos campagnes

En France, le cannabis dédié aux traitements thérapeutiques ou au marché du bien-être suscite les convoitises. Agriculteurs et industriels lorgnent cette culture nouvelle et ses...

Des vaches et des mulets

Considérée comme dépassée, longtemps moquée, la coupe mulet fait son grand retour et a même son championnat d’Europe. Sa deuxième édition, qui s’est tenue en Creuse, récompense...

Hegalaldia, sauver le sauvage

En 2020, 2 500 animaux ont été recueillis par le centre de soin Hegalaldia, au Pays basque. Bénévoles et salariés se battent chaque jour pour que des animaux sauvages, condamnés...

L214 le pacifisme avant tout

Depuis 2008, L214 fait entendre la voix des animaux d’élevage. Connue du grand public pour ses vidéos chocs dans les abattoirs de France, l’association multiplie également les...

“Les manifs de merguez, ça n'intéresse plus grand monde"

Ils surgissent par centaines dans les actions de blocage ou en tête des manifestations, au milieu d’un épais nuage de gaz lacrymogène. Jeunes et militants, ils parlent du...

La langue basque, éternelle résistante

On la dit aussi mystérieuse que difficile. À la fois héritage culturel et outil de résistance, la langue basque — l’euskera — continue de vivre des deux côtés des Pyrénées....

Bernard Friot : "Notre rapport au travail est tordu"

Sociologue et économiste, Bernard Friot veut en finir avec la vision capitaliste du travail. Nous l’avons rencontré lors de sa venue à Bordeaux en juin 2021, dans le cadre du...

Pierre Grangé-Praderas : hackeur ouvert

Le monde est scindé en deux : la science d’un côté, l’art de l’autre. Au milieu, il y a Pierre Grangé-Praderas. Artiste, chercheur et apiculteur, « PGP » est avant tout un...

Sugar baby, plaisirs sucrés ou prostitution déguisée ?

Sugar baby cherche son sugar daddy : des jeunes en besoin financier acceptent de tenir compagnie à des personnes mûres et fortunées, moyennant finances. Quand certains plaident...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
PopEx #2 : Sapé comme jamais

Comment fabriquer sa paire de Charentaises ?

Comment fabriquer sa paire de Charentaises ?

Besoin d’un chausson ? Ou plutôt d’une Charentaise. Derrière cette pantoufle se cache une histoire qui lie les deux Charente, mais également un savoir-faire qui revient à la...
Cahiers de vacances

Harkis du Lot-et-Garonne : une mémoire encore vive

Harkis du Lot-et-Garonne : une mémoire encore vive

Katia Khemache est historienne et autrice du livre Harkis, un passé qui ne passe pas (Cairn Editions). Présente au festival international du journalisme à Couthures-sur-Garonne...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement