Épisode 3
8 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mercredi 14 mars 2018
par Gabriel TAÏEB et Laura Brunet
Gabriel TAÏEB
Jeune journaliste pigiste et rédacteur web, je travaille notamment pour Objectif Méditerranée, les Mots de Mai et le Journal du Dimanche. Avant cela, j'ai aussi pu collaborer avec Radio Campus Bordeaux et Bordeaux Gazette. Travaillant sur des sujets très divers, je m'intéresse particulièrement aux domaines de la santé, de l'autoritarisme et de la culture culinaire.
Laura Brunet
Jeune journaliste rédactrice,  elle jongle entre ses études de journalisme, des piges en freelance et un travail d’édition à Sud Ouest Dimanche. Passionnée par les portraits et les histoires de vie, elle travaille notamment sur des sujets santé et société .

La bipolarité est complexe à détecter et à traiter, car elle se manifeste différemment chez chacun. Au terme de leurs recherches, Gabriel et Laura découvrent la cyclothymie et les autres formes de bipolarité.

« Cyclo- quoi ? »

Mon amie Cécile, ayant appris que je me questionnais sur la bipolarité, me contacte à ce propos. Notre travail de recherche se poursuit avec Laura et les informations se multiplient, mais selon Cécile nous n’avons fait qu’effleurer la surface du problème. Légèrement vexé dans ma conscience professionnelle, je lui demande comment elle serait à même de m’apporter des informations que n’ont pas su me donner des associations spécialisées ou des psychiatres. Elle m’apprend qu’elle est « cyclothymique », avant de m’expliquer de quoi il s’agit.

La cyclothymie fait partie des troubles bipolaires. On distingue en effet plusieurs types de troubles, qui agissent tous sur l’humeur, mais ne fonctionnent pas de la même manière. Généralement, quand on parle de « la bipolarité », on pense à la bipolarité de type 1. Celle-ci a pour caractéristique l’alternance d’épisodes de manie (un degré d’humeur extrême qui peut suggérer l’hyperactivité, le délire ou une désinhibition totale) avec des épisodes dépressifs. Entre ces phases, qui durent plusieurs mois, voire des années, le malade peut retrouver un état stable et « normal ».

Pour la bipolarité de type 2, le principe est le même, mais on parle d’« hypomanies » : les épisodes maniaques sont moins sévères que pour un bipolaire de type 1. Mais ils restent une grande source de handicap et de souffrance pour les personnes atteintes. Enfin se situe la cyclothymie. Étymologiquement « humeur circulaire », la cyclothymie présente aussi des épisodes d’hypomanie et de dépression, mais ceux-ci sont très rapprochés dans le temps.

Les périodes de « hauts » et de « bas » se répètent et sont de courte durée. Moins intenses que pour les bipolaires de type 1 et 2, les humeurs des personnes atteintes de cyclothymie sont d’autant plus instables et leurs périodes sont plus fréquentes. Les cyclothymiques n’ont pas réellement de phase stable. Ils sont continuellement sur une pente, ascendante ou descendante.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Gabriel TAÏEB
Jeune journaliste pigiste et rédacteur web, je travaille notamment pour Objectif Méditerranée, les Mots de Mai et le Journal du Dimanche. Avant cela, j'ai aussi pu collaborer avec Radio Campus Bordeaux et Bordeaux Gazette. Travaillant sur des sujets très divers, je m'intéresse particulièrement aux domaines de la santé, de l'autoritarisme et de la culture culinaire.
Laura Brunet
Jeune journaliste rédactrice,  elle jongle entre ses études de journalisme, des piges en freelance et un travail d’édition à Sud Ouest Dimanche. Passionnée par les portraits et les histoires de vie, elle travaille notamment sur des sujets santé et société .
Dans le même feuilleton

Bipolarité : déclic et tes claques

Alors que s’ouvre à Saujon (Charente-Maritime) le premier centre français entièrement dédié à la bipolarité, Gabriel et Laura commencent à se pencher sur cette psychopathologie...

Personnes bipolaires : l'avis des autres

S’insérer socialement ou professionnellement n’est pas aisé pour des personnes bipolaires. Mais cette maladie peut aussi être un fardeau pour leurs proches. Laura et Gabriel...

Cyclothimie : déclinez votre identité

La bipolarité est complexe à détecter et à traiter, car elle se manifeste différemment chez chacun. Au terme de leurs recherches, Gabriel et Laura découvrent la cyclothymie et...

Victimes collatérales

Nikolas est bipolaire. Son compagnon Philippe, et sa soeur Chrystelle, tentent de l’accompagner tant bien que mal dans la maladie. Mais qui les accompagne, eux ? Tour à tour...

Santé mentale : aider ses pairs à s’en sortir

Dans une autre vie, Emmanuelle Douriez-Nicou souffrait, sans le savoir, de bipolarité. Aujourd’hui « rétablie », elle a choisi de parler de ses troubles pour soigner ceux des...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Contagions Chroniques

Claustrophobie

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...
La réalité des squats de la Métropole

Les jeunes migrants isolés trouvent refuge en Gironde

Les jeunes migrants isolés trouvent refuge en Gironde

Avec les nouvelles routes migratoires remontant de l’Espagne via le Pays basque, le département de la Gironde voit affluer des centaines de jeunes migrants isolés. D’abord...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement