Épisode 2
9 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mercredi 19 février 2020
par Clémence POSTIS
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.

De 2009 à 2012, Dorian a habité une « maison hantée » à Pessac. Il a appris à vivre avec les bruits de pas, les chaises qui raclent le sol au cœur de la nuit, et les lumières impossibles à éteindre. Il ne croit pas aux fantômes, mais admet ne pas pouvoir expliquer rationnellement ce qu’il s’est produit là-bas. Cette histoire est celle d’un jeune homme qui a tout fait pour comprendre l’incroyable.

Note : Je tiens à préciser que je connais le protagoniste de ce témoignage. J’ai dormi dans cette maison, et j’ai échangé avec bon nombre de ceux qui sont allés y passer une nuit, « pour voir ». Encore aujourd’hui, aucun de nous n’est capable d’expliquer les phénomènes dont nous avons fait l’expérience, ensemble ou séparément.

Dans cette histoire, Dorian a 18 ans. Plutôt que de vivre dans un petit studio, comme tous les étudiants, il loge dans une grande maison. Seul ? Pas vraiment. Selon toute probabilité, Dorian semble avoir quelques colocataires invisibles et envahissants. Le récit qui suit n’est pas juste une histoire de fantômes. C’est une histoire de précarité étudiante, et d’un jeune homme qui a vécu quatre ans dans une maison insalubre et invivable.

Avant toute chose : je ne crois pas aux fantômes. Je n’y croyais pas avant et je n’y crois pas maintenant. Ceci n’est pas à prendre comme le témoignage avéré de l’existence des spectres. Des gens se retrouvent dans des situations qu’ils ne peuvent pas expliquer et l’expriment en parlant de maisons hantées.

À la fin du lycée, en 2009, je vais entrer à la fac. L’appartement où je devais vivre a été loué deux semaines avant mon emménagement à Bordeaux. Dans l’urgence, mes parents ont appelé une connaissance : un immigré espagnol d’après-guerre, littéralement arrivé en France avec juste une valise. Toute sa vie, il a pris soin d’une dame âgée et à sa mort il a hérité de toutes les propriétés qu’elle possédait. Un de ses biens était inoccupé depuis 6 mois, alors plutôt qu’il le reste, il me le loue pour rien et moi je l’entretiens.

La maison abandonnée, qui fait tache à côté des autres du quartier.
Au milieu des maisons bien entretenues de la rue, celle-ci fait tache — Photo : Clémence Postis

La maison a un étage et la porte d’entrée se trouve sur le côté. Un petit jardin entoure le bâtiment, avec un garage séparé de l’habitation dont je n’ai pas les clefs. À l’architecture, tu sens que la construction existait avant la rue, il y a même un lavoir au milieu du terrain. Ne nous leurrons pas : à l’intérieur comme à l’extérieur, c’est la baraque de Fight Club. Quand j’ai vu la tête des murs et de l’isolation… Pas de double vitrage, pas de chauffage et pas de prise terre pour l’électricité.

Je visite la maison avec le propriétaire au mois d’août. Une porte battante aux carreaux opaques fait face à l’entrée. Il me prévient : « Il ne faut pas y aller, c’est la partie abandonnée. » Alors qu’on passe à l’étage, on entend une porte claquer. Le gars se retourne : « Tu es sûr que tu ne vas pas avoir peur, tout seul dans cette grande maison ? »

Premiers phénomènes étranges

Pendant le grand nettoyage de l’emménagement, je découvre des traces de sang dans ma chambre, dans le couloir, dans la salle de bain et dans l’escalier. De petites éclaboussures partout, parfois des empreintes de doigts à trente ou quarante centimètres au-dessus du sol. Un animal, une mauvaise chute ? Je trouverai la réponse à cette question bien plus tard.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.
Dans le même feuilleton

Quatre hommes & un minitel

Synchronisation des montres. Début des années 90, quatre amis se retrouvent dans une maison familiale. Amoureux de bidouille et d’informatique, ils décident de se lancer dans...

Encore une histoire de fantômes ?

De 2009 à 2012, Dorian a habité une « maison hantée » à Pessac. Il a appris à vivre avec les bruits de pas, les chaises qui raclent le sol au cœur de la nuit, et les lumières...

Sans-abri devenue Mamie

À la suite d’un cancer, Élizabeth a tout perdu : sa situation financière aisée, la maison de retraite qu’elle gérait, son toit. Du jour au lendemain, elle s’est retrouvée...

Addict au porno

Sylvain a 35 ans. Il est un ancien accro à la pornographie. Introverti et malheureux au travail, il a trouvé refuge dans les vidéos hardcores de gang bang et de gonzo. Elles...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Écartez-vous mesdames

Du désir au viol : la réalité du consentement

Du désir au viol : la réalité du consentement

Le consentement peut paraître simple : oui, c’est oui et non, c’est non. La doctorante en sociologie Alexia Boucherie est l’autrice de « Troubles dans le consentement : du désir...
Social Brutal

Les clichés écos : les retraites

Les clichés écos : les retraites

Jean-Marie Harribey est un Économiste atterré. Pour vous aider à survivre aux fêtes, il débunke quatre clichés sur les retraites et la réforme. Durée de la cotisation...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement