Épisode 2
5 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Jeudi 19 juillet 2018
par Louise BUYENS
Louise BUYENS
Louise Buyens est journaliste en presse écrite et radio. Elle a collaboré avec Radio France, Society, Boudu et Sud Ouest.  Ses sujets de prédilection sont la santé, l'environnement et tout ce qui touche aux grands phénomènes de société.

Au début des années 1950, Lacq est l’un des piliers de l’industrialisation française. Des milliers d’emplois et de logements sont créés. Aujourd’hui, l’épuisement du gisement de gaz et les soupçons de pollutions menacent la survie du bassin.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Dans les premières années d’exploitation du gaz, les usines poussent comme des champignons après la pluie. Les travailleurs arrivent de tout le pays et les habitants du coin louent quasiment tous un bout de terre pour les accueillir. Mais rapidement la place vient à manquer. À la fin des années 1950, la ville nouvelle de Mourenx est bâtie en un temps record pour loger les salariés de l’usine. Aujourd’hui, on peut toujours voir les grandes barres d’immeubles grises dans lesquels vivaient les ouvriers.

Les contremaîtres étaient logés dans des pavillons et les cadres dans des villas situées sur les hauteurs. En dix ans, le village passe de 218 à 11 000 habitants. À l’époque, la commune voisine de Pardies a, elle aussi, profité du phénomène. Des quartiers entiers, financés par les propriétaires des usines, sont sortis de terre très rapidement pour répondre à la demande urgente de logements.

Alors qu’il reste moins de 3 % des ressources dans le gisement, il est difficile d’attirer de nouvelles industries.

Mais avec l’épuisement progressif du gisement de gaz, les usines commencent à fermer et le besoin de logements n’est plus aussi important. Actuellement, autour du bassin industriel, des panneaux « à vendre » attirent l’œil sur les devantures de quelques maisons. D’autres bâtisses, plus rares, sont abandonnées. Dans cette rue commerçante de la commune d’Artix, à quelques kilomètres du site de Lacq, les professionnels de l’immobilier ne s’en inquiètent pas. « Le marché de Pau et sa première couronne saturent. Du coup, les communes autour comme Lacq, Mourenx ou Pardies récupèrent les habitants. Le marché ne souffre pas des usines qui ferment », rassure une agente immobilière de la rue principale du centre-ville.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Louise BUYENS
Louise Buyens est journaliste en presse écrite et radio. Elle a collaboré avec Radio France, Society, Boudu et Sud Ouest.  Ses sujets de prédilection sont la santé, l'environnement et tout ce qui touche aux grands phénomènes de société.
Dans le même feuilleton

Bassin industriel de Lacq : et le gaz fût...

Le 19 décembre 1951, le gaz jaillit à Lacq. S’en suit une massive exploitation industrielle, jusqu’au quasi épuisement du gisement. Aujourd’hui, les usines du bassin...

Usines de Lacq : reconversion nécessaire

Au début des années 1950, Lacq est l’un des piliers de l’industrialisation française. Des milliers d’emplois et de logements sont créés. Aujourd’hui, l’épuisement du gisement de...

Mortalité à Lacq : silence, l'usine tourne

La surmortalité est inquiétante parmi les riverains du complexe industriel de Lacq. Pourtant, les pouvoirs publics et services de l’Etat ne reconnaissent toujours pas le danger...

Industrialisation : la contamination du monde

Chercheur au CNRS, historien de l’environnement et spécialiste des pollutions industrielles, Thomas Le Roux a co-écrit avec François Jarrige « La contamination du monde » (2017...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Amateurs pro

Le pouvoir

Le pouvoir

Pour Carmina, être camgirl n'est pas juste une histoire d'argent ou de sexe. Grâce à ce travail elle en a appris beaucoup sur la société et sur elle-même.
Les précaires dans les Landes

Foie gras en Chalosse : la reprise

Foie gras en Chalosse : la reprise

Après une année sans canards, la production reprend. Avec la boule au ventre, et la peur à chaque fois qu'un germe est détecté. En attendant la prochaine crise. Les éleveurs de...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement