7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Jeudi 28 juin 2018
par Nathan Reneaud
Nathan Reneaud
Nathan Reneaud est journaliste, enseignant et programmateur au Festival International du Film Indépendant de Bordeaux. Il a co-fondé Accréds.fr, site dédié à l'actualité des festivals de cinéma, et a collaboré avec plusieurs publications : Etudes, Vodkaster.fr., Slate.fr, Popcorn, Soap, Rockyrama, Kiblind. Il fait également partie du comité de rédaction de Carbone, revue de pop culture où il anime la rubrique « Black Pop ».

En 1947, l’artiste aux « deux amours » Joséphine Baker fait l’acquisition du château des Milandes. Chargée de récits, la propriété bâtie au 15e siècle fut une plaque tournante de la Résistance et du contre-espionnage en Périgord, avant de devenir un temple de la lutte antiraciste et un paradis pluri-ethnique. Baker, qui fut une actrice majeure et une présence dans l’histoire de la conscience noire, y élèvera sa « tribu arc-en-ciel », elle en fera son « village mondial », son laboratoire de la « fraternité universelle ». À femme multiple, demeure immense. Le château conserve la mémoire de la première superstar noire avec un musée dédié. Visite.

Au sortir du château des Milandes, alors que mes impressions du lieu se superposent à tout ce que j’avais pu lire et imaginer, la pensée me hante qu’il reste, dans toute cette histoire, un espace non occupé. Il reste de la place pour une autre forme de récit, après les mémoires, les biographies et les essais, après les reportages et les 52 minutes documentées, après ce téléfilm HBO sans caractère qui passe en revue les temps forts de la bio de Baker à la façon d’une page Wikipédia (The Josephine Baker Story, 1991). Dans la production audiovisuelle dédiée à l’artiste, il manque une narration au long cours à la The Crown.

Pour un Joséphine Baker show

Une série : voilà un format qui serait à la mesure et à l’image de la première superstar noire, voilà qui rendrait compte de ses vies multiples, voilà qui permettrait à une writer’s room inspirée de faire autre chose que du biopic basique ; à son plus mauvais, c’est un genre-momie qui rouvre les tombes et prolonge le musée de figures de cire. Vous en rencontrerez trois dans le château des Milandes. Il y a la Baker portant l’uniforme de l’Armée de l’Air et décorée de la Légion d’Honneur pour ses faits de résistance (la scène a réellement lieu en 1961), il y a la Baker maîtresse de maison portant une robe du soir satinée, celle qui aimait organiser de grands repas pour la famille élargie du village, des proches, des voisins. Il y a enfin la Baker période « Folies Bergères », située dans la tour du château, telle une demoiselle en détresse de roman de chevalerie.

Il faut emprunter un escalier exigu pour accéder à cette alcôve consacrée à l’érotisme bakerien. Ici, on est finalement plus proche de Vénus que d’Iseult et de la romance courtoise. Baker arbore une tenue traditionnelle hawaïenne. Elle est allongée sur le ventre, les jambes en l’air et les seins nus. Les murs sont ornés de superbes photos de nus en noir et blanc réalisées par Boris Lipnitzki dans les années 1920 et qui ne seront découvertes et éditées qu’en 1999-2000 — trop provocatrices ?

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Nathan Reneaud
Nathan Reneaud est journaliste, enseignant et programmateur au Festival International du Film Indépendant de Bordeaux. Il a co-fondé Accréds.fr, site dédié à l'actualité des festivals de cinéma, et a collaboré avec plusieurs publications : Etudes, Vodkaster.fr., Slate.fr, Popcorn, Soap, Rockyrama, Kiblind. Il fait également partie du comité de rédaction de Carbone, revue de pop culture où il anime la rubrique « Black Pop ».
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Présences Noires

Joséphine Baker : les couleurs de l'arc-en-ciel

En 1947, l’artiste aux « deux amours » Joséphine Baker fait l’acquisition du château des Milandes. Chargée de récits, la propriété bâtie au 15e siècle fut une plaque tournante...

Histoire Noire : les flambeaux des affranchi·e·s

Le 10 mai 2018, l’association Mémoires et Partages organise une Marche aux Flambeaux pour faire découvrir aux Bordelais.e.s un pan méconnu de l’histoire des Noir.e.s : leur...

Lamine Senghor, poumon de la lutte anticoloniale

France, fin des années 1920. Malgré sa santé fragile, Lamine Senghor lutte pour améliorer les conditions de vie des anciens tirailleurs sénégalais, dont il fait lui-même partie....

Gabriel Okoundji : « faire jaillir la lumière de la parole »

Gabriel Okoundji est né au Congo-Brazzaville et est arrivé à Bordeaux en 1983. Il a été et est encore le témoin et l’acteur de toutes les Présences Noires qui ont émaillées la...

La réinvention de soi

Après le succès de la première édition du Black History Month, cet évènement sur l’histoire et l’identité noire revient pour une deuxième édition. Projections, conférences et...

L'histoire noire invisible en Aquitaine

Nous avons rencontré Mar Fall dans le quartier Saint-Michel, à Bordeaux. Ce sociologue, qui n’a pas dérogé au costume cravate, place au cœur de ses travaux l’histoire de la...

Qui es-tu Lamine Senghor ?

Un film consacré à Lamine Senghor, figure des mouvements noirs de l’entre-deux-guerres.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Histoire(s) Noire(s)

Lamine Senghor, poumon de la lutte anticoloniale

Lamine Senghor, poumon de la lutte anticoloniale

France, fin des années 1920. Malgré sa santé fragile, Lamine Senghor lutte pour améliorer les conditions de vie des anciens tirailleurs sénégalais, dont il fait lui-même partie....
Les rendez-vous manqués

RDV #2 Damasio : le futur au présent

RDV #2 Damasio : le futur au présent

Pour ce deuxième épisode, retrouvez l’intégralité de la rencontre d’Alain Damasio avec ses lecteurs à la librairie La Zone du Dehors. Alors en pleine promotion de son dernier...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement