2 minutes de lecture
Mercredi 3 mai 2023
par Amandine Sanial
Amandine Sanial
Journaliste souvent, photographe parfois, Amandine a collaboré avec Télérama, M le magazine du Monde ou encore Rue89 avant de couvrir l’actualité police-justice pour une agence de presse à Paris. De retour d’un long voyage à travers l’Europe, l’Asie centrale et l’Inde, elle a posé ses valises dans le Sud-Ouest.

Sociologue et économiste, Bernard Friot veut en finir avec la vision capitaliste du travail. Nous l’avons rencontré lors de sa venue à Bordeaux en juin 2021, dans le cadre du festival « Chahuts ». Résolument communiste, il milite pour l’instauration d’un « salaire à vie», dont chacun bénéficierait de sa majorité à sa mort. Un moyen selon lui de déconnecter salaire et emploi, tout en réduisant les inégalités.

Qu’est-ce que c’est que le travail, selon vous ?

Pour moi, le travail a deux versants. Il faut distinguer le travail concret du travail abstrait. Tondre la pelouse, faire la cuisine, aller chercher ses enfants à l’école, par exemple, c’est un travail concret. Ce travail concret produit des valeurs d’usage, c’est-à-dire que les biens et les services que nous produisons vont servir. Le capitalisme, à l’inverse, est basé sur du travail abstrait: l’utilité de ce qu’on produit importe peu. D’autres critères entrent en compte, comme la rentabilité, la maximisation du profit, ou la gestion de délais.

Cette conception capitaliste fausse notre rapport au travail. Dire « je cherche du travail », par exemple, cela sous-entend que l’on ne fait rien. En réalité, ceux qui cherchent du travail font en permanence des activités productrices de valeurs d’usage, ils travaillent donc en permanence. Mais puisque leur travail n’est pas considéré comme productif, ils ne sont pas rémunérés.

Pour vous, le travail tel qu’on le connaît ne se définirait donc pas par la nature de ce que l’on fait, mais par une convention sociale ?

Exactement. Le travail productif tel qu’il est défini par le capitalisme est indifférent de la nature de ce que l’on fait. Selon cette logique, n’importe quoi peut être ou ne pas être du travail. Par exemple, faire une dictée chez soi pendant le confinement est considéré comme une activité ; en revanche, quelqu’un qui a été formé à la pédagogie et qui inclut la dictée dans un programme, c’est du travail. Dans les faits, l’activité est la même. Mais dans un cas, ce n’est pas productif et dans l’autre, si. Ce n’est pas la nature de l’activité qui définit s’il s’agit de travail ou non, c’est le but dans lequel on le fait.

Tout pourrait donc être considéré comme du travail ?

Oui, mais ce n’est pas souhaitable. Il faut absolument qu’une part de nos vies ne soit pas dictée par la loi de la valeur économique, mais qu’elle reste de l’ordre du gratuit, du symbolique. Il est donc essentiel que tout ne soit pas considéré comme du travail. Garder ses enfants, les emmener manger une glace, réparer un meuble: ces activités non soumises à des questions de rémunération doivent le rester.

Quel est le problème avec la vision capitaliste du travail ?

Le principal problème est que dans le système capitaliste, toute l’organisation du travail est mise au service de la rentabilité du capital. Et ce, quel que soit l’effet écologique, anthropologique, ou l’utilité sociale de ce qui est produit. Un capitaliste vend un jour des sardines, le lendemain des logiciels, indifféremment, pourvu que ça rapporte. Dans un système capitaliste comme le nôtre, on ne travaille pas pour produire des biens et services, mais pour travailler. On produit de la valeur pour produire de la valeur.

Lire cet article en entier

Retrouvez cet article dans Revue Far Ouest : Tout Reprendre
Ils et elles sont cyclistes, hackeurs, agriculteurs, étudiants, simples citoyens… Ils sont des réfugiés, des gens du voyage, des auteurs à succès ou des travailleurs du sexe non-déclarés. Des explorateurs malgré eux d’une société et de ses contradictions.

Amandine Sanial
Journaliste souvent, photographe parfois, Amandine a collaboré avec Télérama, M le magazine du Monde ou encore Rue89 avant de couvrir l’actualité police-justice pour une agence de presse à Paris. De retour d’un long voyage à travers l’Europe, l’Asie centrale et l’Inde, elle a posé ses valises dans le Sud-Ouest.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

N°2 : Tout Reprendre

Ces citoyens qui rachètent les forêts pour les protéger

Lassés de voir leurs forêts rasées les unes après les autres, des citoyens se sont unis pour les protéger. Dans le sud de la Corrèze, l’association « Faîte et Racines » rachète...

Cannabis, l'or de nos campagnes

En France, le cannabis dédié aux traitements thérapeutiques ou au marché du bien-être suscite les convoitises. Agriculteurs et industriels lorgnent cette culture nouvelle et ses...

Des vaches et des mulets

Considérée comme dépassée, longtemps moquée, la coupe mulet fait son grand retour et a même son championnat d’Europe. Sa deuxième édition, qui s’est tenue en Creuse, récompense...

Hegalaldia, sauver le sauvage

En 2020, 2 500 animaux ont été recueillis par le centre de soin Hegalaldia, au Pays basque. Bénévoles et salariés se battent chaque jour pour que des animaux sauvages, condamnés...

L214 le pacifisme avant tout

Depuis 2008, L214 fait entendre la voix des animaux d’élevage. Connue du grand public pour ses vidéos chocs dans les abattoirs de France, l’association multiplie également les...

“Les manifs de merguez, ça n'intéresse plus grand monde"

Ils surgissent par centaines dans les actions de blocage ou en tête des manifestations, au milieu d’un épais nuage de gaz lacrymogène. Jeunes et militants, ils parlent du...

La langue basque, éternelle résistante

On la dit aussi mystérieuse que difficile. À la fois héritage culturel et outil de résistance, la langue basque — l’euskera — continue de vivre des deux côtés des Pyrénées....

Bernard Friot : "Notre rapport au travail est tordu"

Sociologue et économiste, Bernard Friot veut en finir avec la vision capitaliste du travail. Nous l’avons rencontré lors de sa venue à Bordeaux en juin 2021, dans le cadre du...

Pierre Grangé-Praderas : hackeur ouvert

Le monde est scindé en deux : la science d’un côté, l’art de l’autre. Au milieu, il y a Pierre Grangé-Praderas. Artiste, chercheur et apiculteur, « PGP » est avant tout un...

Sugar baby, plaisirs sucrés ou prostitution déguisée ?

Sugar baby cherche son sugar daddy : des jeunes en besoin financier acceptent de tenir compagnie à des personnes mûres et fortunées, moyennant finances. Quand certains plaident...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Au-delà du réel

Chasse au fantôme dans le Bordelais

Chasse au fantôme dans le Bordelais

Grincements mystérieux, claquements de porte inexpliqués… Pour certains, rien de suspect. Pour d’autres, il peut s’agir d’un indice qui trahirait la présence de fantômes. Dans...
Au-delà du réel

Coupeurs de feu : soigner le mal par les mains

Coupeurs de feu : soigner le mal par les mains

Dans les campagnes françaises, tout le monde connaît l’efficacité réputée des magnétiseurs, mais personne ne sait l’expliquer. Aussi appelés coupeurs de feu, ces hommes et ces...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement