Épisode 4
8 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mercredi 8 janvier 2020
par Chloé RÉBILLARD
Chloé RÉBILLARD
Bretonne qui s’est volontairement exilée au Pays basque, Chloé a fait ses premiers pas de journaliste au sein de la rédaction de Sciences Humaines et a rencontré le Pays basque avec Mediabask. Désormais journaliste indépendante, elle travaille sur les questions de société et d’environnement. Elle est notamment correspondante pour Reporterre.

Supprimer la prison. Le courant abolitionniste qui porte cette proposition a souvent du mal à se frayer un chemin dans les discours autour des peines carcérales. Gabi Mouesca, ancien membre d’une organisation armée basque, a troqué son 7 millimètres contre des armes juridiques pour défendre une conviction profonde : la prison est une barbarie moderne.

Les mains dans le dos, le corps droit, Gabriel — Gabi — Mouesca, marche six pas par six dans une maison de Tarnos à côté de la communauté Emmaüs où il nous a donné rendez-vous. Le bruit des chaussures sur le sol sonne comme une aiguille d’horlogerie, tant la régularité de son pas semble mécanique. Six pas par six. « Ce fut la taille de ma cellule pendant des années. » L’homme a dédié sa vie d’adulte à la lutte contre la prison.

À l’intérieur des murs, comme prisonnier d’abord, avec une série de records dont il se serait bien passé : sur ses 17 années passées derrière les barreaux, il en compte trois à l’isolement complet, 12 en maison d’arrêt et 16 avant son principal procès. Sa carrière carcérale comprend également une évasion réussie. La date est un point indélébile de sa mémoire : « C’était le 13 décembre 1986. Dans ta ligne de vie, il y a des événements qui marquent, celui-ci en est un. » Elle lui a offert quelques mois de liberté avant d’être repris.

À sa sortie définitive en 2001, le militant indépendantiste basque, membre d’Iparretarrak, organisation armée révolutionnaire indépendantiste au Pays basque nord, fait de sa lutte contre la détention son métier. « Je suis devenu militant anticarcéral dès mon premier jour de prison », affirme-t-il. En détention il passe une licence de droit pour mieux s’armer. En 2001, il devient référent prison pour la Croix-Rouge française. En 2004 il est élu président de l’Observatoire International des Prisons (OIP), poste qu’il occupera pendant 5 années. Pendant un temps, il travaillera également pour Harrera, une structure qui aide au retour des prisonniers et exilés basques au Pays basque nord. Poste qu’il a quitté depuis deux ans.

Maison de Gabi Mouesca, à côté de la communauté Emmaüs, à Tarnos.
Gabi Mouesca nous a donné rendez-vous dans une maison de Tarnos à côté de la communauté Emmaüs – Photo : Chloé Rébillard

Gabi Mouesca nous a donné rendez-vous dans une maison de Tarnos à côté de la communauté Emmaüs
– Photo : Chloé Rébillard

Son nouveau projet en cours de construction dans une maison de Tarnos — ancien centre des Missions africaines, toute proche du centre communauté Emmaüs, est de créer une ferme de maraîchage qui accueillera en placement extérieur des femmes condamnées à de longues peines. Actuellement en travaux, le lieu permettra à chaque femme de disposer d’une chambre individuelle au sein de la ferme, où elles cultiveront trois hectares en maraîchage bio et assureront la vente de la production sur les marchés tout en bénéficiant d’un suivi individualisé avec des travailleurs sociaux pour leur réinsertion. Le projet est réservé aux femmes avec plus de 5 ans de détention et en fin de peine, avec une priorité accordée pour les personnes que la détention a privées de liens sociaux. L’ouverture est prévue en 2020 avec sept femmes, il est prévu que les capacités d’accueil seront par la suite augmentées progressivement.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Chloé RÉBILLARD
Bretonne qui s’est volontairement exilée au Pays basque, Chloé a fait ses premiers pas de journaliste au sein de la rédaction de Sciences Humaines et a rencontré le Pays basque avec Mediabask. Désormais journaliste indépendante, elle travaille sur les questions de société et d’environnement. Elle est notamment correspondante pour Reporterre.
Dans le même feuilleton

Au nom de la loi je vous libère

Trois anciens détenus racontent leurs vingt ans en prison.

L'émoi de l'évasion

Ils étaient prêts à tout pour "se trouver à l'ombre des cocotiers plutôt qu'à l'ombre des murs."

La vie d'après

La sortie de prison, bien qu’émancipatrice, reste une étape difficile pour la réinsertion des anciens détenus.

Abattre les barreaux

Supprimer la prison. Le courant abolitionniste qui porte cette proposition a souvent du mal à se frayer un chemin dans les discours autour des peines carcérales. Gabi Mouesca...

Prisons : un enjeu féministe

Gwenola Ricordeau est sociologue, elle enseigne la justice criminelle à la California State University à Chico, aux États-Unis. Elle vient de publier Pour elles toutes – femmes...

Besse : 35 ans de prison (ou presque)

« Dès la première évasion, je me suis suicidé socialement. »

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Bienvenue en 2050

Année 10 : le retour interdit

Année 10 : le retour interdit

Dix ans après la catastrophe nucléaire du Blayais, Léon et Doreen retournent à Copians. Ils veulent voir, ils veulent comprendre. Faire leur deuil. À quoi ressemble la Gironde...
Histoires d'époques

Cadillac : les « fous » cachés de la Grande guerre

Cadillac : les « fous » cachés de la Grande guerre

On les appelle « les mutilés du cerveau ». Ils sont ces soldats que personne n’a jamais honorés, victimes de troubles mentaux causés par la Première Guerre mondiale et morts...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement