Besoin d’une idée cadeau ?

Offrez un média local et indépendant.

Déjà inscrit ? Connectez-vous
Se connecter avec Facebook !
menu
NOUS NE VOULONS PAS DORMIR ÉPISODE 4 LE VOID EN SURSIS

Le 10 mai dernier, les tenanciers du VOID se voyaient notifier un arrêté préfectoral sans préavis, leur interdisant toute diffusion de musique amplifiée. En cause, des mises aux normes non effectuées. L’équipe de bénévoles, contrainte d’annuler 25 concerts, doit entreprendre de lourds travaux. Depuis, un mouvement de soutien sans précédent agite la scène underground bordelaise, française, et internationale. Rencontre.

Texte

PAR

Laurent Perpigna Iban

le jeudi 6 juin 2019

 

 

Depuis le 10 mai 2019, le 58 rue du Mirail affiche désespérément porte close. Cet antre du milieu musical alternatif bordelais, géré et animé par une équipe d’une vingtaine de bénévoles, n’a pu honorer sa programmation du mois de mai. Un coup d’arrêt au goût amer pour François, un des membres de l’équipe  : « Cela nous est tombé dessus une semaine où il y avait quatre concerts. Vingt-cinq événements ont dû être décalés, relocalisés, ou annulés. Un groupe écossais en tournée devait jouer ici le 25 mai, ils ont passé le week-end avec nous, mais dans une salle vide » rapporte-t-il, désabusé.
Le VOID, qui avait ouvert ses portes en 2016 sur les cendres de l’Heretic Club, est le quatrième nom sur la façade  : « Avant l’Heretic, qui avait ouvert ses portes en 2006, il y eut ici le PLUG, pendant une année, ainsi que le Zoobizare à partir de 1998. En fait, cela fait une vingtaine d’années que des concerts sont organisés dans ce bâtiment, en format associatif, et ouverts à toutes les cultures alternatives, que cela soit rock, techno, métal, hip-hop, folk… ».

void, heretic, zoobizare, PLUG, bordeaux, concerts, salle, reglementation, fermeture, musique, decibels, petition, sud ouest, gironde, far ouest, long format, longform

Un arrêté préfectoral interdit les concerts au VOID jusqu’à nouvel ordre. - Photo  : Laurent Perpigna Iban.
Depuis que François, Pierre-Antoine et les autres ont repris ce lieu il y a 3 ans et demi, près de 1500 groupes ont défilé sur la scène du VOID. En addition, ils organisent de nombreuses activités, allant des après-midi jeux de société, aux expositions et aux rencontres.
Si la cadence infernale de cette adresse depuis une vingtaine d’années ne semblait jusqu’alors pas soulever de problème particulier, un accroissement significatif des exigences étatiques en matière de diffusion de musiques amplifiées a précipité le VOID dans la tourmente. D’autant que l’usure des dispositifs d’isolation phonique de la salle, installés depuis l’époque du Zoobizare, rendent particulièrement difficile le respect de réglementations toujours plus sourcilleuses.

 

Mailer-Daemon

Le 10 mai, Pierre-Antoine reçoit la visite à son domicile d’un officier de police judiciaire, qui lui fait part d’un arrêté préfectoral interdisant les concerts au VOID jusqu’à nouvel ordre. En cause, des mises aux normes non effectuées, malgré plusieurs relances de la préfecture  : « Il y a eu un quiproquo. Le nom de l’association qui porte le VOID, c’est R.A.C.A.I  ; or, les courriers de la préfecture étaient adressés à l’association VOID. Nous ne les avons donc pas reçus. Ils nous avaient envoyé une mise en demeure en janvier ainsi qu’un autre courrier en février, mais nous ignorions tout de la situation » assure le jeune homme.

void, heretic, zoobizare, PLUG, bordeaux, concerts, salle, reglementation, fermeture, musique, decibels, petition, sud ouest, gironde, far ouest, long format, longform

 "Mais qu’allons-nous faire si vous n’êtes plus là  ? " Photo  : Charlotte Monasterio LVDA, avec son aimable autorisation.

Une méprise pour le moins surprenante de la part de la préfecture  : avec ses 10.000 adhérents annuels, R.A.C.A.I est bien l’une des plus grosses associations bordelaises, qui jouit en outre d’un rayonnement de premier ordre au sein du tissu bordelais  : « La majorité des concerts que nous accueillons sont principalement des locations de salle pour d’autres associations bordelaises avec qui nous travaillons. Ces dernières, face à un manque criant de salles se tournent bien souvent vers nous  : il est très couteux de louer des salles comme le Rocher Palmer où le Théâtre Barbey » explique Pierre-Antoine.
La décision de la préfecture, malgré cette confusion à la décharge de l’équipe du VOID, est cependant irrévocable  : tant que les mises aux normes ne seront pas effectuées, le lieu devra afficher porte close.

 

Un soutien inattendu
« Le pire, c’est qu’une partie des éléments qui nous sont reprochés sont déjà satisfaits  : nous avons installé un limiteur de son en mars, des travaux qui nous ont coûté 4 000 euros, une somme considérable pour une association », plaide François. « Pour le reste, nous avions prévu de faire ces travaux durant l’été, c’était planifié. La mairie, avec qui nous communiquons régulièrement, était au courant, les voisins également. La Préfecture, elle, n’était pas dans la boucle… Si nous avions reçu le courrier en janvier, nous nous serions activés pour faire les travaux. Là, nous sommes pris de court », poursuit Pierre-Antoine.

Depuis la publication sur leur page Facebook d’un communiqué et d’un appel aux dons, les messages et les actes de soutiens abondent, au point d’émouvoir l’équipe de bénévoles.

void, heretic, zoobizare, PLUG, bordeaux, concerts, salle, reglementation, fermeture, musique, decibels, petition, sud ouest, gironde, far ouest, long format, longform

 "Le risque de transformer certains concerts en bouillie sonore est réel " - Photo  : Charlotte Monasterio LVDA, avec son aimable autorisation..

Ainsi, sur les 15 000 euros nécessaires aux travaux, ils ont déjà récolté 11 000 euros en à peine trois semaines  : « Notre appel aux dons, c’était une bouteille à la mer. On ne s’attendait pas à une telle pluie d’amour. Au bout de quelques jours, beaucoup de monde nous interpellait  : "mais qu’allons-nous faire si vous n’êtes plus là  ? " De la part des groupes, du public, des assos…Il y a également des gens qui ne sont pas venus là depuis le Zoobizare, et qui nous soutiennent parce qu’ils veulent que ce lieu où ils se sont éclatés continue d’exister », explique Pierre-Antoine.
Si l’onde de choc a été extrêmement importante en Gironde, le VOID a également fait éclater les frontières  : les messages de soutien affluent de Grande-Bretagne, d’Espagne, des États-Unis, du Japon, ou encore d’Australie, pays desquels sont originaire nombre de groupes ayant foulé les planches de la salle. Une situation inédite pour un lieu de vie bordelais, qui renforce la détermination de l’équipe  : « Nous allons refaire les murs, les plafonds, installer des pièges à son afin d’absorber certaines fréquences qui posent problème pour les riverains. On va devoir revoir le positionnement des enceintes, faire une nouvelle estrade isolante  ; nous allons tout faire pour avoir une salle totalement hermétique et irréprochable », clament-ils.

 

Une scène musicale en péril
La question du VOID en soulève cependant d’autres. Ces dernières années, les salles de concert indépendantes ont subi une véritable hécatombe à Bordeaux, avec la fermeture de nombreux établissements tels que le Bootleg, le Son’Art, l’Inca, la Centrale…

Les conséquences sont nombreuses. Si quelques salles, telles que l’Antidote ou la Voute, ont survécu à l’avalanche de restrictions qui leur sont imposées, leur capacité d’accueil ne dépasse pas les 50 personnes.

void, heretic, zoobizare, PLUG, bordeaux, concerts, salle, reglementation, fermeture, musique, decibels, petition, sud ouest, gironde, far ouest, long format, longform

En 3 ans et demi, près de 1500 groupes ont défilé sur la scène du VOID - Photo  : Charlotte Monasterio LVDA, avec son aimable autorisation.

Résultat, le VOID, avec sa jauge à 130 personnes, fait figure de rescapé, et sa programmation est en constante saturation. « C’est en réalité notre format intermédiaire qui est menacé, suite à tous ces décrets  : soit tu as les moyens de te mettre aux normes, et cela se fait au détriment de ce que tu produis, soit tu ne les as pas, et tu mets simplement la clé sous la porte, comme cela s’est passé dans de nombreux autres cas », rapporte François.
L’enjeu est pourtant de taille, comme l’explique Pierre-Antoine  : « Beaucoup de groupes locaux n’ont pas la chance de jouer dans des grandes salles, ou dans des festivals. Moins il y a de lieux intermédiaires, moins ils peuvent se faire la main, progresser, puis partir en tournée. » Un constat qui prend tout son sens dans une ville comme Bordeaux, qui centralise historiquement un bouillonnement musical.
S’ils se savent surveillés de près par la préfecture, ils l’assurent  : la Mairie de Bordeaux, elle, a opéré un changement de politique radical ces dernières années. Longtemps accusée de vouloir étouffer les lieux alternatifs, elle joue désormais la carte du dialogue. Ainsi, depuis bientôt deux ans, leurs équipes travaillent avec un certain nombre d’acteurs de la nuit –dont R.A.C.A.I-, sur Bordeaux la nuit, un projet qui doit être rendu public prochainement  : « Ils ont mis tout le monde autour de la table, et ont créé plusieurs commissions pilotées par des adjoints de la mairie. Ils se rendent compte qu’il n’y a plus grand-chose dans le centre, et que c’est une bonne partie de la culture à Bordeaux qui est en danger. Ils semblent maintenant être dans une démarche de soutien à ceux qui restent », rapporte François.

void, heretic, zoobizare, PLUG, bordeaux, concerts, salle, reglementation, fermeture, musique, decibels, petition, sud ouest, gironde, far ouest, long format, longform

 "Beaucoup de groupes locaux n’ont pas la chance de jouer dans des grandes salles, ou dans des festivals. " - Photo  : K@mik@Seb avec son aimable autorisation.
La nécessité de maintenir une offre culturelle complète et diversifiée semble donc avoir convaincu la mairie de la ville d’ouvrir un espace de dialogue avec un certain nombre d’associations, un travail mis notamment en lumière par le projet « Relache », organisé avec Allez Les Filles  : « C’est tout benef pour eux car ils n’ont pas grand-chose à dépenser, et cela leur ramène une affiche conséquente, forte d’une cinquantaine de concerts par an », observe Pierre-Antoine.

 

Tuer le live

Néanmoins, les limitations sonores imposées en France aux établissements diffusant de la musique amplifiée - réduction de 105db à 102 db sur quinze minutes - entrées en vigueur en octobre 2018 représentent une véritable menace. La mise en application du décret rendant obligatoire le dispositif de limiteur de son, a soulevé une vive contestation en France. « Ce limiteur que nous avons installé, c’est un micro posé devant les enceintes, qui passe par la console, et qui réajuste le volume de sortie si celui-ci dépasse la valeur légale. Mais un coup de caisse claire sur une batterie, qui est un élément acoustique, dépasse déjà les 102 DB  ; c’est par essence un décret qui est difficile pour les grosses salles et encore plus pour les petites. Le risque de transformer certains concerts en bouillie sonore est réel », explique Pierre-Antoine.

void, heretic, zoobizare, PLUG, bordeaux, concerts, salle, reglementation, fermeture, musique, decibels, petition, sud ouest, gironde, far ouest, long format, longform

 "C’est comme si on projetait des films en noir et blanc parce qu’on considère que
les couleurs rendent aveugle. " Photo  : Charlotte Monasterio LVDA, avec son aimable autorisation.

L’État, qui a consulté AGI-SON pour la mise en place de ce décret ne semble pas avoir tenu compte des préconisations de ces derniers. Conséquence  : avec le Prodiss, et la Sacem, ils ont lancé une campagne afin de mobiliser les professionnels et le public face aux conséquences possiblement désastreuses de ce nouveau décret  : « Un grand nombre des exigences du texte sont, techniquement, irréalistes (…). Ce décret aura des conséquences lourdes sur le spectacle et la filière toute entière comme pour les spectateurs (…). La baisse des basses fréquences nuit à l’ensemble des esthétiques musicales, notamment aux genres comme le reggae, les musiques électroniques, le dub et le hip hop qui disparaîtront peu à peu des scènes, réduisant la liberté d'accès des spectateurs à tous les genres musicaux » déclaraient-ils dans leur pétition.
Une démarche soutenue par de nombreux acteurs de la scène musicale française, comme Philippe Manoeuvre, ancien patron du magazine Rock&Folk, qui lâchait cette phrase cinglante dans les colonnes de Télérama  : « C’est comme si on projetait des films en noir et blanc parce qu’on considère que les couleurs rendent aveugle. »
Face à l’hécatombe en cours au sein des établissements français de format intermédiaire, François, Pierre-Antoine et l’équipe du VOID se sont jurés de ne pas se laisser abattre. Ils le savent, dorénavant  : ils pourront compter sur le soutien fidèle de celles et ceux qu’ils font danser depuis des années.
PARTAGER VIA
Nous ne voulons pas dormir

"Bordeaux la nuit, c'était mieux avant". Est-ce que "la Belle Endormie" a renoncé aux nuits blanches enfiévrées ? Allons le vérifier grâce des déambulations nocturnes dans le feuilleton "Nous ne voulons pas dormir". Un diaporama sonore qui explore toutes les facettes de la nuit, du coucher du soleil à son lever.

Les feuilletons
20 000 ans 4 EPISODE(s)
20 000 ans

Une catastrophe nucléaire. Un récit d’anticipation au cœur du Blayais.

Voir
À chacun son Mai 4 EPISODE(s)
À chacun son Mai

Revivez un épisode méconnu du Sud-ouest : lycéens, ouvriers et agriculteurs font Mai 68 en Dordogne.

Voir
À la croisée des destins 7 EPISODE(s)
À la croisée des destins

Remontez le parcours des migrants arrivés à Bordeaux depuis quelques décennies voire quelques siècles.

Voir
À votre service 3 EPISODE(s)
À votre service

Le Service public. Inutiles, fainéants… Ils luttent pour leurs métiers et l'idéal du service pour tous.

Voir
Amateurs pro 6 EPISODE(s)
Amateurs pro

Carmina se dénude devant sa webcam. Est-elle une professionnelle ou une amatrice ?

Voir
Bassine et Moi 5 EPISODE(s)
Bassine et Moi

Comment gérer l’eau ? Confrontons les points de vue d’agriculteurs charentais à celui de militants écolo.

Voir
Battre Monnaie 7 EPISODE(s)
Battre Monnaie

Peut-on vivre dans le Sud-Ouest sans l'euro ? Enquête-road trip sur les alternatives à la monnaie unique.

Voir
Bonnes vacances au chômage 4 EPISODE(s)
Bonnes vacances au chômage

Fonds d'investissement et transactions financières opaques : les 131 salariés de Darbo se battent encore.

Voir
Cahiers de vacances 6 EPISODE(s)
Cahiers de vacances

Robot, #MeToo, vulgarisation de l'histoire... Qu'ont donc prévu nos camarades dans leurs cahiers de vacances ?

Voir
Cash sur Table 8 EPISODE(s)
Cash sur Table

Comment s'organise la grande famille du vin bordelais pour répondre aux défis des pesticides ?

Voir
Comment vivre en paix ? 4 EPISODE(s)
Comment vivre en paix ?

Dans le cadre de la résolution du conflit basque, partons à la rencontre des acteurs de la société civile.

Voir
Écartez-vous mesdames 8 EPISODE(s)
Écartez-vous mesdames

Gynéco, contraception, dépistage… les témoignages, réflexions et envies de femmes qui en ont sous la culotte.

Voir
Embûches de Noël 3 EPISODE(s)
Embûches de Noël

Noël et l'écologie, mariage impossible ? Quand offrir des cadeaux devient un parcours du combattant.

Voir
Ernest le Squelette 4 EPISODE(s)
Ernest le Squelette

Ernest le châtelain est il mort au Far-West ou bien en Dordogne ? Est-ce bien son squelette devant vous ?

Voir
Été 2050 8 EPISODE(s)
Été 2050

Une jeune japonaise voyage en Nouvelle-Aquitaine en 2050. Découvrez ses cartes postales du climat du futur.

Voir
Jeux d'adultes 4 EPISODE(s)
Jeux d'adultes

Jouer, c’est pour les enfants ?

Voir
L'ombre de la centrale 5 EPISODE(s)
L'ombre de la centrale

Peut-on avoir confiance dans le nucléaire civil ? Un accident à la Fukushima est-il impossible en Gironde ?

Voir
La Mine Dort 5 EPISODE(s)
La Mine Dort

On cherche de l'or dans le Limousin. Une catastrophe écologique se prépare-t-elle en Nouvelle-Aquitaine ?

Voir
Lacq : fumée tue 4 EPISODE(s)
Lacq : fumée tue

À Lacq, on trouve de la pétrochimie, du soufre et des hydrocarbures. Les cancer explosent. La population suffoque.

Voir
Le retour du sauvage 3 EPISODE(s)
Le retour du sauvage

Ours et loups sillonnent à nouveau forêts et montagnes. En mythes et réalités, une cohabitation impossible ?

Voir
Le train train quotidien 1 EPISODE(s)
Le train train quotidien

Suivons la piste du rail, plongeons dans son réseau. Raconter le train, c'est un peu raconter notre quotidien.

Voir
Les 5 Fantastiques 6 EPISODE(s)
Les 5 Fantastiques

5 films fantastiques. 5 histoires extraordinaires. 5 regards surnaturels. Frisson, dégoût, érotisme…

Voir
Les Embarqués 8 EPISODE(s)
Les Embarqués

Vous n'y êtes pas allés ? Vous êtes passés devant sans vous en apercevoir ? Suivez nous, on vous embarque !

Voir
Les Passagers 22 EPISODE(s)
Les Passagers

Rencontres avec des personnalités que l'on a accostées alors qu'elles étaient de passage.

Voir
Les Raisins de la misère 3 EPISODE(s)
Les Raisins de la misère

Derrière le vernis des grands crus hommes et femmes ont bien peu de valeur face à une grappe de raisin.

Voir
M6 Foot Story 4 EPISODE(s)
M6 Foot Story

En 1999, M6 rachète les Girondins. L'histoire de ce rachat raconte la mutation dans le monde du foot.

Voir
Man Vs Wild 2 EPISODE(s)
Man Vs Wild

L’Homme et la nature : une lutte sans merci, parfois sans logique, au coeur des enjeux du territoire.

Voir
Nous ne voulons pas dormir 11 EPISODE(s)
Nous ne voulons pas dormir

Bordeaux la Belle Endormie a-t-elle renoncé aux nuits blanches enfiévrées ?

Voir
Obsolescence (dé)programmée 3 EPISODE(s)
Obsolescence (dé)programmée

Occasion, économie circulaire et réparation : changer de smartphone tous les 2 ans n'est plus une fatalité !

Voir
On the côte again 6 EPISODE(s)
On the côte again

Un road trip sur le littoral du Sud-Ouest afin de découvrir comment protéger ce colosse aux dunes d'argile.

Voir
Opération Tamata Océan 3 EPISODE(s)
Opération Tamata Océan

Naviguer de la France à L'Espagne sans GPS, c'est possible ? Embarquez dans une aventure humaine hors norme.

Voir
Par Bélénos ! 4 EPISODE(s)
Par Bélénos !

-300 av. J.-C. J'ai été invitée à un mariage gaulois. Bienvenue dans un jeu de rôle grandeur nature.

Voir
Parlons-nous 1 EPISODE(s)
Parlons-nous

À la croisée entre notre époque et ses modes d'interactions pour comprendre ce qui nous lie aux autres.

Voir
Présences Noires 5 EPISODE(s)
Présences Noires

La "Black History" du Sud-Ouest ne se résume ni au passé esclavagiste et colonial, ni à une question d'immigration.

Voir
Reboot 1 EPISODE(s)
Reboot

Ils récupèrent, rabibochent, réinventent. Ces faiseurs rebootent ces "déchets".

Voir
Refuge 3 EPISODE(s)
Refuge

Au cœur d’une société individualiste, des personnes sont une lueur d’espoir dans une Europe plongée dans la nuit noire.

Voir
Social Brutal 6 EPISODE(s)
Social Brutal

La violence n'est jamais complètement irrationnelle, elle a toujours une explication politique.

Voir
Sous les canopées 4 EPISODE(s)
Sous les canopées

La forêt de Rochechouart aurait 1000 ans. Est-elle en danger ? Comment la protéger ?

Voir
Subland 3 EPISODE(s)
Subland

Odezenne, un groupe de musique indépendant. 5 mois à Berlin, un album, un lieu isolé de tout : Subland.

Voir
Tuer Manger 6 EPISODE(s)
Tuer Manger

Je mange des animaux morts. Je ne tue pas pour manger, quelqu'un le fait pour moi. Comment assumer ?

Voir
Une année sans 4 EPISODE(s)
Une année sans

Une année avec les éleveurs de canard landais en pleine grippe aviaire. Ils ont tout perdu, et tout changé.

Voir
Vies Polaires 3 EPISODE(s)
Vies Polaires

Enquête et journal intime d’un potentiel bipolaire. Plongez dans les méandres de la bipolarité.

Voir