Épisode 2
2 minutes de lecture
Jeudi 10 novembre 2022
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Chapeau pointu, chat noir et balai… Un véritable attirail de sorcière. Ou plutôt : de brasseuses ! Car, avant d’être récupérée par les hommes, la bière, c’est une affaire de femmes. Dans cet extrait de l’épisode 6 de PopEx “Les sorcières de Nouvelle-Aquitaine”, découvrez la véritable histoire de la bière… et des sorcières !

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

On se représente souvent le brasseur comme un homme bien musclé, un vrai mâle alpha qui exerce un métier physique et difficile. Et ceux qui la consomment comme des groupes de supporters virils à un match de foot. Mais si on fait un retour au Moyen-Âge, c’est une autre histoire. À cette époque, la bière est fabriquée par les femmes : le brassage a toujours fait partie de leurs tâches domestiques.

Brasser la bière, une affaire de femme

Ce savoir-faire a ensuite été récupéré par les hommes dans une quête de profit. Grâce à leurs ventes de bière, les brasseuses devenaient financièrement indépendantes. Une position qui n’a pas plu aux messieurs qui ont décidé de leur confisquer cette activité et de les diaboliser. Accusées de sorcellerie, les brasseuses sont obligées d’abandonner la fabrication de la bière si elles ne veulent pas être victimes de la chasse aux sorcières. Les hommes récupèrent ainsi les techniques, le marché et les gains, tandis que l’histoire des femmes brasseuses – et donc de la bière – tombe peu à peu dans l’oubli.

Chaudrons et balais à brasser

Et en parlant de sorcellerie, l’attirail de la sorcière semble être un héritage du costume de la brasseuse. Le chapeau pointu ? Un couvre-chef qu’elles utilisaient pour être repérées facilement sur les marchés. Le chaudron ? Le récipient dans lequel elles concoctaient la boisson. Les balais ? Elles s’en servaient pour touiller le brassin. Sans oublier le fameux chat noir pour faire fuir les souris de leurs réserves de blé. 

En bref, les femmes brasseuses ne sont donc pas passées entre les mailles du filet du patriarcat. Aujourd’hui, femmes brassant de la bière sont une minorité : difficile de dire combien de brasseuses professionnelles oeuvre en France – certains parlent de moins d’une brasseuse pour dix brasseurs. Certaines reprennent tout de même une activité de brasseuses dans une démarche féministe. Se réapproprier ce savoir et informer sur son histoire, c’est ce qui anime Véro et Véro : elles ont créé leur microbrasserie à La Réole, Y’a une sorcière dans la bière. Pour Popex, Laura est partie brasser à leurs côtés ! 

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Et si on apprenait le Poitevin-saintongeais ?

La Nouvelle-Aquitaine compte à elle seule trois langues locales. On connaît le basque et l’occitan, mais savez-vous qu’il existe un patois en Poitou-Charentes ? Souvent oublié...

La bière : une histoire de sorcière

Chapeau pointu, chat noir et balai… Un véritable attirail de sorcière. Ou plutôt : de brasseuses ! Car, avant d’être récupérée par les hommes, la bière, c’est une affaire de...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les précaires dans les Landes

Grippe aviaire : le chômage

Grippe aviaire : le chômage

Hiver 2017, l'État a ordonné la mise à mort de tous les canards pour lutter contre l'épidémie de grippe aviaire. Mais plus de canards, plus de travail. Plus jamais pour les...
En vrai, en vrac

Marie Ange & Flory : le droit à s'habiller dignement

Marie Ange & Flory : le droit à s'habiller dignement

Marie-Josée a été aide-soignante dans une maison de retraite, et a vu la difficulté des personnes âgées et handicapées qui s'habillent avec des vêtements inadaptés. En réponse à...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement