Épisode 18
10 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 1 juin 2021
par Xavier DAVIAS
Xavier DAVIAS
Correspondant local de presse et collaborateur régulier de la Dépêche du bassin. S'autorise de temps en temps une incartade sur les médias en ligne tels que Revue Far Ouest afin de traiter des sujets un peu à l'étroit sur papier. Prête-plume et rédacteur indépendant. A commencé deux ouvrages majeurs de la littérature française mais n’en a fini aucun. Un troisième opus est en cours.

Être un champion ou tout sacrifier pour le devenir… Voilà les deux seules options d’Enzo. À 15 ans, ce jeune espoir de la boxe thaïlandaise ne vit que pour son rêve : le titre mondial. Sans soutien, sans sponsors, sans encouragements, il ira pour cela, seul ou presque, jusqu’au bout de lui‑même, dans l’indifférence la plus totale.

C’est un combat auquel il ne s’était pas préparé. Quand Enzo a enfilé les gants pour la première fois, alors qu’il n’était encore qu’un petit garçon de six ans. Lorsqu’il a gagné ses premiers matchs de boxe thaïlandaise. Puis ses premiers titres, ses premiers K.O., en France et plus tard par-delà l’Europe et l’Asie… Depuis presque dix ans maintenant, Enzo s’est préparé à tous les assauts et a déjà soulevé sur son passage de nombreux trophées. Mais toutes ces victoires semblent pourtant vaines au regard de cette épreuve.

Un combat qu’il doit disputer afin qu’une bascule décisive s’opère dans les années qui viennent. Pour la première fois, Enzo est donc face au doute… S’il parvient à rallier à sa cause un soutien moral et financier, il pourra être assuré de l’élan nécessaire au lancement d’une carrière sportive internationale et florissante. Dans le cas contraire – et il le sait déjà du haut de ses 15 ans – malheur à lui… Enzo encaissera les coups comme il a appris à le faire dès l’enfance, mais il n’aura pas de prise sur son opposant. Car aujourd’hui l’adversaire de ce collégien affable et déterminé, c’est l’indifférence.

Le rêve d’un titre mondial ne se borne pas en effet aux seules compétences physiques et sportives et c’est de sa capacité à mobiliser des soutiens que son avenir dépend aujourd’hui. « À ce niveau-là, la préparation, les entraînements, les déplacements à l’étranger, en Thaïlande… ça coûte très cher. Pour continuer maintenant, j’ai besoin d’un peu d’aide », admet sobrement cet ado dont le ton et le vocabulaire trahissent toutefois l’acceptation d’une possible désillusion. Fébrile et grave à la fois, comme si à cet âge-là, il était permis d’oublier l’insouciance,  considérant  seulement la réalité dans ce qu’elle a de pire et de meilleur à offrir.

À l’ombre des sports populaires

L’indifférence et l’oubli le guettent en effet. Et en dépit de tout le travail qu’Enzo doit fournir pour devenir le meilleur de sa discipline sportive, c’est surtout contre ce fléau qu’il doit se relever les manches. Car pour espérer combattre au plus haut niveau, il faut avant tout exister. Le jeune boxeur nous a donc invités à Biganos en Gironde, dans sa vie, le temps d’une séance d’entraînement.

Enzo revient à Biganos après sa victoire au Patong Stadium
Enzo revient à Biganos après sa victoire au Patong Stadium

Autant dire « son univers » au regard du temps qu’il passe quotidiennement entre les quatre murs dépouillés du Fighting club Boïen, l’école de boxe multidiscipline gérée par le père d’Enzo, Philippe Payrastre. La modeste salle communale mise à disposition du club est à l’image du combat d’Enzo pour exister : elle supporte le poids d’un monde qui ne veut pas vraiment d’elle.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Xavier DAVIAS
Correspondant local de presse et collaborateur régulier de la Dépêche du bassin. S'autorise de temps en temps une incartade sur les médias en ligne tels que Revue Far Ouest afin de traiter des sujets un peu à l'étroit sur papier. Prête-plume et rédacteur indépendant. A commencé deux ouvrages majeurs de la littérature française mais n’en a fini aucun. Un troisième opus est en cours.
Dans le même feuilleton

Bordeaux : Rue(s) des négriers

De 1672 à 1837, 508 expéditions négrières financées par des armateurs bordelais déportent plus de 130 000 noirs vers les colonies. Sans le savoir, vous habitez peut-être l’une...

Le temps de la Justice

Que se passe-t-il à l’intérieur du majestueux palais de justice ? Incursion dans un salle d’audience, le temps d’une affaire. Cet épisode de notre feuilleton « Les Embarqués »...

Je change de fournisseur d'électricité !

Anaelle est sensible à l’écologie. Elle veut consommer responsable, à tous les niveaux. Aujourd’hui, se fournir en électricité « verte » est un jeu d’enfant. Vraiment ?...

Pierre(s) : de Carles à Molinier

Partons sur les traces de Pierre Molinier, un personnage fantasque à la sexualité exaltée.

Asso Entr-autres : pédaler pour se trouver

Cette association bordelaise propose aux jeunes de 16 à 25, qui cherchent encore leur place dans le monde de l’école et du travail, de vendre des jus d’orange pressés sur les...

Instantanés

Une éruption de polaroids s’est abattue sur Bordeaux. Au Volcan, l’Expolaroid a débuté le 26 avril et se tiendra jusqu’au 5 mai. Canapés vintages, lumières tamisés, tartines...

La beauté de la défaite

"C'est une histoire de perdants. C'est l'histoire de chacun, nous ne sommes pas des histoires de gagnants."

La Benauge : bloc d(estruction)

Prétendue insalubre, une barre HLM est vouée à la destruction à Bordeaux. Est-ce inévitable ?

Foot féminin, le défi du niveau pro

Au-delà de l’engouement manifesté lors de la Coupe du monde de football en juin dernier, le football au féminin gagne en reconnaissance depuis plusieurs années. En première...

Précarité VS gaspillage

De plus en plus de commerces alimentaires se tournent vers la vente d’invendus en ligne par le biais d’applications comme Too Good To Go ou Optimiam. Ils évitent ainsi le...

Picqué & Bagatelle : (con)fusion

La Fondation Bagatelle doit accueillir, d’ici 2023, les activités de l’hôpital d’instruction des armées Robert Picqué. L’ensemble, qui s’appellera Bahia, doit proposer une offre...

Prisonnier en Birmanie

En 2017, Chahid a 25 ans, est originaire de Rions et part de Bordeaux pour découvrir l’Asie du Sud. Un périple qui le mène en Birmanie pour venir en aide aux Rohingyas opprimés...

Vinci, la veuve, les orphelins et la justice

Le 25 mars dernier, le Girondin Florent Marquet décédait du paludisme en Angola. Cet ingénieur pétrolier expatrié était sous contrat avec Cegelec, filiale de Vinci, deux...

Denis Mollat, libraire redoutable et patron redouté

À la tête de la librairie indépendante la plus importante de France, ce visionnaire de 67 ans est aussi un patron tout-puissant aux méthodes de management discutables. Un...

Ni homme ni femme, mais non-binaire

Sven est un·e vidéaste de 29 ans, membre de l’association bordelaise Trans 3.0. Son genre ne correspond pas au sexe biologique — dans son cas féminin — qu’on lui a assigné à la...

SDF de Bayonne : chassé·e·s de la ville

Confinement, arrêté « anti-mendicité », arrivée de l’hiver… le quotidien des SDF est un parcours du combattant à Bayonne. Malgré les épreuves, les sans-abris luttent avec...

Couples homosexuels : se marier au temple ?

Depuis 2015, l’Église protestante permet la bénédiction des mariages homosexuels. Alors que les souvenirs de la Manif Pour Tous sont encore vifs dans les esprits, nous avons...

Enzo, boxeur pieds et poings liés

Être un champion ou tout sacrifier pour le devenir… Voilà les deux seules options d’Enzo. À 15 ans, ce jeune espoir de la boxe thaïlandaise ne vit que pour son rêve : le titre...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Longues Peines

Abattre les barreaux

Abattre les barreaux

Supprimer la prison. Le courant abolitionniste qui porte cette proposition a souvent du mal à se frayer un chemin dans les discours autour des peines carcérales. Gabi Mouesca...
Une année sans

Grippe aviaire : le chômage

Grippe aviaire : le chômage

Hiver 2017, l'État a ordonné la mise à mort de tous les canards pour lutter contre l'épidémie de grippe aviaire. Mais plus de canards, plus de travail. Plus jamais pour les...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement