Besoin d’une idée cadeau ?

Offrez un média local et indépendant.

Déjà inscrit ? Connectez-vous
Se connecter avec Facebook !
menu
COMMENT VIVRE EN PAIX ÉPISODE 4 ANTI G7 : LA MÉTHODE EN QUESTION

Le sommet du G7 qui débute aujourd’hui à Biarritz plonge le Pays basque au cœur d’un arsenal policier et militaire extraordinaire, des deux côtés de la frontière. Si le contre-sommet qui a pris ses quartiers à Hendaye et à Irun, se revendique pacifique, l’éventualité que des manifestants utilisent des méthodes d’action offensives continue de faire débat. Un questionnement clivant particulièrement dans l’air du temps au Pays basque.

Texte

PAR

Chloé RÉBILLARD

le vendredi 23 août 2019

Photo de couverture  : G7 EZ, ,non au G7, lors de l'ouverture des fêtes de Bilbao - Chloé Rébillard

 

Lundi 19 aout. Sur le pont Saint-Jacques, à Hendaye -qui matérialise la frontière entre les États français et espagnol-, les policiers procèdent à un barrage filtrant et contrôlent des badauds de passage. Les touristes, comme les habitants du Pays basque en sont les premiers témoins  : le dispositif policier mis en place autour de l’organisation du G7 est, comme l’avait annoncé Emmanuel Macron en mai dernier, inédit. Plus de 13 000 membres des forces de l’ordre françaises sont mobilisés, en plus de milliers de policiers espagnols et basques massés à la frontière.
Biarritz, qui accueille sept chefs d’État et hauts responsables des pays membres permanents du G7, devient une forteresse imprenable, avec des zones de restrictions de la circulation. Habituée en saison estivale à accueillir 100 000 personnes, la petite ville côtière devrait être vidée d’une partie de sa population qui a choisi de fuir cet enfermement imposé.

G7, contre-sommet, anti G7, altermondialistes, altercapitalistes, manifetsation, pacifique, violent, gilets jaunes, pays basque, bizi, alternatiba, ANVcop21, Alternatives G7, G7Ez , revue far ouest, far ouest, journalisme, local, G7 blokatu,

Dans les rues de Bilbao, de nombreux graffitis contre le G7 ont fleuri - Photo  : Chloé Rébillard

Conséquence, c’est l’ensemble de la côte basque qui va vivre un dernier week-end d’août rythmé par la tenue de ce sommet, et par son exubérance sécuritaire. Les raisons invoquées sont explicitement liées à la tenue de mouvements protestataires, et au risque d’incidents violents. En visite le 20 août au Pays basque, Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, déclarait  : « Nous avons la culture de ces événements et surtout la mémoire », faisant référence aux précédents sommets, comme le G20 à Hambourg en 2017 où des confrontations directes avec les forces de l’ordre avaient marqué le sommet.

 

Le contre-sommet au centre des regards
Les organisations protestant contre la tenue du raout se sont réunies au sein d’une plateforme créée à l’automne dernier  : G7Ez  ! -Non au G7  !, en basque. Plus d’une cinquantaine d’organisations venues des deux côtés de la frontière franco-espagnole, syndicats, associations ou partis politiques ont travaillé de concert afin d’organiser le contre-sommet. Cette coordination a été rejointe par la plateforme française, Alternatives G7, qui réunit quant à elle une cinquantaine d’organisations à l’échelle hexagonale. Après de longues tractations avec la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64), les autorités ont donné leur accord pour la tenue d’un contre-sommet dans les villes frontalières d’Hendaye et d’Irun, à environ trente kilomètres du lieu de villégiature de Trump, Merkel ou de Macron. Ces plateformes, réunies sous le slogan « un autre monde est possible » veulent présenter des alternatives aux « systèmes d’oppression qu’incarnent le sommet ».

Revendiquées comme pacifistes, ces plateformes prônent des méthodes d’action allant du débat d’idées à la désobéissance civile  : le contre-sommet oscillera ainsi entre occupation de places autour de Biarritz ainsi que des journées de conférences. Une grande manifestation est également programmée le samedi 24 à Hendaye. Alors que s’ouvre le G7, une question est sur toutes les lèvres  : combien de militants aux méthodes plus offensives feront le déplacement  ?

G7, contre-sommet, anti G7, altermondialistes, altercapitalistes, manifetsation, pacifique, violent, gilets jaunes, pays basque, bizi, alternatiba, ANVcop21, Alternatives G7, G7Ez , revue far ouest, far ouest, journalisme, local, G7 blokatu,

Le passage de la frontière sous haute-sécurité, à quelques jours du sommet.

Une question tout, sauf anodine. L’opposition aux sommets mondiaux s’est développée dans les années 1990 avec l’émergence de luttes altermondialistes et anticapitalistes contestant le fait qu’une élite se réunisse pour décider du sort de la majorité. Dès les premières mobilisations, diverses méthodes militantes ont coexisté au sein des espaces de luttes. La question de la légitimité du recours à la confrontation directe s’est posée avec souvent la même réponse  : chaque méthode s’organise avec son point de rendez-vous. Les anti-G7 basques n’ont pas échappé à la règle et cette question stratégique a été en filigrane de toute la réflexion menée depuis plusieurs mois.

 

Le pacifisme en question
Claire* (le prénom a été changé) une militante de G7Ez  ! témoigne  : « Dès le début, il fallait faire consensus. Le texte d’appel signé par les organisations était clair  : la plateforme serait pacifique et ne réagirait pas aux violences des manifestants. C’est-à-dire, ni ne condamnerait, ni n’applaudirait afin de ne pas entrer dans ce débat. » Objectif  : rassembler le maximum de monde et laisser une latitude à d’autres modes d’expressions que ceux définit en groupe. Bastien* (le prénom a été changé) un participant aux réunions de la première heure abonde  : « Toutes les stratégies étaient alors possibles. »
Mais depuis les deux plateformes ont changé leur fusil d’épaule et ont défini un « consensus d’action »  : « Nous ne dégraderons rien, nous ferons uniquement usage de méthodes et techniques non-violentes et pacifiques pour montrer notre détermination, nous ne participerons pas à la surenchère et nous ne mènerons pas de stratégie de confrontation avec les forces policières. En cas de charge et violences policières, nous mettrons en place des techniques de résistance non violentes. (…) Nous nous opposons à toute tentative de récupération de nos mobilisations à des fins commerciales, réactionnaires ou violentes. »

G7, contre-sommet, anti G7, altermondialistes, altercapitalistes, manifetsation, pacifique, violent, gilets jaunes, pays basque, bizi, alternatiba, ANVcop21, Alternatives G7, G7Ez , revue far ouest, far ouest, journalisme, local, G7 blokatu,

Dans le coeur du Petit Bayonne, une banderole hostile à a tenue du G7 - Photo  : Chloé Rébillard
Aurélie Trouvé, porte-parole de la plateforme Alternatives G7 et membre d’Attac, explique cette volonté  : « C’est important pour respecter la diversité des mouvements sociaux. Il y a des organisations qui ne participeraient pas à un contre-sommet s’il n’y avait pas le consensus d’action. Et pour le 24 août, nous voulons une grande manifestation familiale et festive. » Un service de médiation a été mis sur pied chargé de veiller à faire respecter ce consensus.
Claire, elle, ne partage pas cette vision  : « L’occupation policière est folle et c’est faire le jeu des autorités que de diviser le mouvement sur des questions stratégiques. Nous sommes face à des États ultra-répressifs. Pacifistes ou non, on va s’en prendre plein la gueule… ». Pour elle, l’argument selon lequel les manifestations pacifiques attirent plus de monde est fallacieux  : « Ça joue le jeu de la petite musique  : il y en a qui méritent la prison, la répression. Sans le dire vraiment ils font une distinction entre les « bons » et « mauvais » militants. Et c’est une illusion de penser que pour l’opinion publique cela change quelque chose. »
Les désaccords politiques ont poussé plusieurs collectifs à quitter la plateforme  : Indar Beltza - énergie noire – un collectif qui regroupe des anarchistes et le collectif antifasciste du Pays basque nord – Ipeh antifaxista sont de ceux-là. « Certains iront peut-être à Hendaye, mais à titre individuel » souligne Bastien. Le désaccord premier se situe sur les méthodes « légalistes ». « Tout allait bien jusqu’à ce que le préfet intègre la plateforme » ironise-t-il.

« En tant que basque, c’est une humiliation que Emmanuel Macron ait choisit Biarritz pour faire son sommet et je suis persuadée que sans le processus de paix, il n’aurait pas fait ce choix. »

Au premier jour du contre-sommet, le 21 août, deux gilets jaunes venus de Saint-Nazaire ont également pris la parole pour dénoncer le consensus d’action  : « Nous voyons dans ce consensus une forme de désolidarisation vis à vis des formes d’actions qui ont marqué le mouvement des gilets jaunes, et tant d’autres avant lui. […] Cette préférence revendiquée ne nous semble pas, comme vous l’écrivez, prendre soin de nos diversités, et permettre à chacun de trouver sa place. »

 

Un contexte spécifique au Pays basque
Ce sommet à Biarritz n’est cependant pas le premier  : en 2000, une rencontre entre puissances de l’Union européenne s’était déroulée dans la ville. Mais le contexte politique était différent  : les actes de kale borroka – lutte de rue qui a marqué la deuxième partie du XXe siècle au Pays basque – étaient alors encore légion, et des heurts avaient éclaté avec les forces de police.
Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, et le Pays basque a entamé une longue quête de pacification, concrétisée par le désarmement et la dissolution d’ETA. Les mouvements indépendantistes se sont eux majoritairement institutionnalisés. Enaut Arramendi, membre du syndicat LAB et porte-parole de la plateforme G7Ez  !, confirme le rôle qu’a pu jouer le contexte politique particulier du Pays basque  : « Le processus de paix a certainement eu une influence, puisqu’il est ancré dans notre territoire. Il serait d’ailleurs temps que les États français et espagnols s’engagent et prennent des actes forts. Concernant l’aspect pacifique, c’est un choix politique de l’ensemble des acteurs du nord et du sud. L’idée était de montrer d’autres images que celles des affrontements, et de se situer sur le terrain de l’affrontement des idées. »

G7, contre-sommet, anti G7, altermondialistes, altercapitalistes, manifetsation, pacifique, violent, gilets jaunes, pays basque, bizi, alternatiba, ANVcop21, Alternatives G7, G7Ez , revue far ouest, far ouest, journalisme, local, G7 blokatu,

L'hôtel du Palais, où se déroulera le sommet - Photo  : Chloé Rébillard

Lancé en 2009, lors du sommet de Copenhague (COP15), le mouvement altermondialiste, écologiste et abertzale –indépendantiste basque- Bizi  ! se veut radicalement non-violent. Objectif  : être visible médiatiquement et ainsi faire prendre conscience des enjeux, notamment climatiques, l’une de leurs priorités. Ils sont à l’origine de la série de « décrochage » de portraits de Macron dans les mairies, avec ANV Cop21 et Alternatiba, qui visait à dénoncer l’inaction du gouvernement en matière écologique. Une « marche des portraits » qui dévoilera les 125 photos présidentielles réquisitionnées au cours de l’année se tiendra à leur initiative le dimanche 25 dans les rues de Bayonne. Ce mouvement est symptomatique d’un changement de perspective au Pays basque.
L’utilisation de la confrontation directe avec les forces de l’ordre a été analysée par des militants de la gauche abertzale comme étant une impasse. Egoitz Urrutikoetxea, militant basque et fils d’un cadre d’ETA récemment arrêté, l’a exprimé en ces termes dans une tribune publiée dans les colonnes de nos confrères de Mediabask  : « À défaut d’arriver à mettre en place un rapport de force suffisamment important pour renverser l’État on finit par le renforcer. L’expérience récente au Pays Basque devrait servir d’exemple quant à l’usage de la violence politique, qui peut à terme, enfermer dans une véritable impasse les mouvements de contestation » a-t-il écrit.

Mais là aussi, les points de vue divergent. Claire considère pour sa part que  : « En tant que basque, c’est une humiliation que Emmanuel Macron ait choisit Biarritz pour faire son sommet et je suis persuadée que sans le processus de paix, il n’aurait pas fait ce choix. »

Au-delà des fractures politiques qui sont apparues autour de la question des stratégies de lutte, les opposants n’en ont pas moins un dénominateur commun, la dénonciation de la violence principale, celle de l’État et du système économique  : « La violence, les gens la voient là où ils ont envie de la voir » s’exclame Claire. Le lundi 19 août Enaut Arramendi confiait  : « Nous ne sommes pas là pour juger si la violence des opposants est légitime ou non. La violence existe tous les jours, dans la casse du code du travail par exemple et la misère produit par les systèmes d’oppression. Là nous sommes à plusieurs jours du début du sommet et à Hendaye nous sommes déjà dans un État policier. »

G7, contre-sommet, anti G7, altermondialistes, altercapitalistes, manifetsation, pacifique, violent, gilets jaunes, pays basque, bizi, alternatiba, ANVcop21, Alternatives G7, G7Ez , revue far ouest, far ouest, journalisme, local, G7 blokatu,

Un autocollant appelant à construire un autre monde, au Pays basque nord - Photo Chloé Rébillard
Le choix de se déclarer pacifiste en amont de la manifestation pourrait déplacer certains mouvements contestataires vers d’autres lieux que celui du contre-sommet officiel. Des gilets jaunes ont d’ores et déjà lancé un appel à manifester à Bayonne le samedi 24 août et un appel relayé sur les réseaux sociaux invite à « prendre Biarritz depuis Bayonne ». En parallèle, un collectif nommé G7 blokatu (bloquer le G7) appelle à des actions de blocage afin de perturber le sommet en proclamant  : « La violence est de leur côté, la justice du nôtre. »
Le déroulement de l’anti-G7 reste ainsi encore flou, de nombreux militants ne souhaitant pas s’exposer à des arrestations préventives. Pour Bastien l’essentiel est de trouver une place parmi les diverses options de lutte  : « Advienne que pourra  ! On veut que tout le monde puisse s’amuser, contester et que nous puissions tous nous protéger les uns les autres. »
PARTAGER VIA
Comment vivre en paix ?

Dans le cadre de la résolution du conflit basque, partons à la rencontre des acteurs de la société civile avec comme horizon cette question fondamentale : comment vivre en paix ?

Les feuilletons
20 000 ans 4 EPISODE(s)
20 000 ans

Une catastrophe nucléaire. Un récit d’anticipation au cœur du Blayais.

Voir
À chacun son Mai 4 EPISODE(s)
À chacun son Mai

Revivez un épisode méconnu du Sud-ouest : lycéens, ouvriers et agriculteurs font Mai 68 en Dordogne.

Voir
À la croisée des destins 7 EPISODE(s)
À la croisée des destins

Remontez le parcours des migrants arrivés à Bordeaux depuis quelques décennies voire quelques siècles.

Voir
À votre service 3 EPISODE(s)
À votre service

Le Service public. Inutiles, fainéants… Ils luttent pour leurs métiers et l'idéal du service pour tous.

Voir
Amateurs pro 6 EPISODE(s)
Amateurs pro

Carmina se dénude devant sa webcam. Est-elle une professionnelle ou une amatrice ?

Voir
Bassine et Moi 5 EPISODE(s)
Bassine et Moi

Comment gérer l’eau ? Confrontons les points de vue d’agriculteurs charentais à celui de militants écolo.

Voir
Battre Monnaie 7 EPISODE(s)
Battre Monnaie

Peut-on vivre dans le Sud-Ouest sans l'euro ? Enquête-road trip sur les alternatives à la monnaie unique.

Voir
Bonnes vacances au chômage 4 EPISODE(s)
Bonnes vacances au chômage

Fonds d'investissement et transactions financières opaques : les 131 salariés de Darbo se battent encore.

Voir
Cahiers de vacances 6 EPISODE(s)
Cahiers de vacances

Robot, #MeToo, vulgarisation de l'histoire... Qu'ont donc prévu nos camarades dans leurs cahiers de vacances ?

Voir
Cash sur Table 8 EPISODE(s)
Cash sur Table

Comment s'organise la grande famille du vin bordelais pour répondre aux défis des pesticides ?

Voir
Comment vivre en paix ? 5 EPISODE(s)
Comment vivre en paix ?

Dans le cadre de la résolution du conflit basque, partons à la rencontre des acteurs de la société civile.

Voir
Écartez-vous mesdames 11 EPISODE(s)
Écartez-vous mesdames

Gynéco, contraception, dépistage… les témoignages, réflexions et envies de femmes qui en ont sous la culotte.

Voir
Embûches de Noël 3 EPISODE(s)
Embûches de Noël

Noël et l'écologie, mariage impossible ? Quand offrir des cadeaux devient un parcours du combattant.

Voir
Ernest le Squelette 4 EPISODE(s)
Ernest le Squelette

Ernest le châtelain est il mort au Far-West ou bien en Dordogne ? Est-ce bien son squelette devant vous ?

Voir
Été 2050 9 EPISODE(s)
Été 2050

Une jeune japonaise voyage en Nouvelle-Aquitaine en 2050. Découvrez ses cartes postales du climat du futur.

Voir
Jeux d'adultes 4 EPISODE(s)
Jeux d'adultes

Jouer, c’est pour les enfants ?

Voir
L'ombre de la centrale 5 EPISODE(s)
L'ombre de la centrale

Peut-on avoir confiance dans le nucléaire civil ? Un accident à la Fukushima est-il impossible en Gironde ?

Voir
La Mine Dort 5 EPISODE(s)
La Mine Dort

On cherche de l'or dans le Limousin. Une catastrophe écologique se prépare-t-elle en Nouvelle-Aquitaine ?

Voir
Lacq : fumée tue 4 EPISODE(s)
Lacq : fumée tue

À Lacq, on trouve de la pétrochimie, du soufre et des hydrocarbures. Les cancer explosent. La population suffoque.

Voir
Le retour du sauvage 3 EPISODE(s)
Le retour du sauvage

Ours et loups sillonnent à nouveau forêts et montagnes. En mythes et réalités, une cohabitation impossible ?

Voir
Le train train quotidien 1 EPISODE(s)
Le train train quotidien

Suivons la piste du rail, plongeons dans son réseau. Raconter le train, c'est un peu raconter notre quotidien.

Voir
Les 5 Fantastiques 6 EPISODE(s)
Les 5 Fantastiques

5 films fantastiques. 5 histoires extraordinaires. 5 regards surnaturels. Frisson, dégoût, érotisme…

Voir
Les Embarqués 8 EPISODE(s)
Les Embarqués

Vous n'y êtes pas allés ? Vous êtes passés devant sans vous en apercevoir ? Suivez nous, on vous embarque !

Voir
Les Passagers 22 EPISODE(s)
Les Passagers

Rencontres avec des personnalités que l'on a accostées alors qu'elles étaient de passage.

Voir
Les Raisins de la misère 3 EPISODE(s)
Les Raisins de la misère

Derrière le vernis des grands crus hommes et femmes ont bien peu de valeur face à une grappe de raisin.

Voir
M6 Foot Story 4 EPISODE(s)
M6 Foot Story

En 1999, M6 rachète les Girondins. L'histoire de ce rachat raconte la mutation dans le monde du foot.

Voir
Man Vs Wild 2 EPISODE(s)
Man Vs Wild

L’Homme et la nature : une lutte sans merci, parfois sans logique, au coeur des enjeux du territoire.

Voir
Nous ne voulons pas dormir 11 EPISODE(s)
Nous ne voulons pas dormir

Bordeaux la Belle Endormie a-t-elle renoncé aux nuits blanches enfiévrées ?

Voir
Obsolescence (dé)programmée 4 EPISODE(s)
Obsolescence (dé)programmée

Occasion, économie circulaire et réparation : changer de smartphone tous les 2 ans n'est plus une fatalité !

Voir
On the côte again 6 EPISODE(s)
On the côte again

Un road trip sur le littoral du Sud-Ouest afin de découvrir comment protéger ce colosse aux dunes d'argile.

Voir
Opération Tamata Océan 3 EPISODE(s)
Opération Tamata Océan

Naviguer de la France à L'Espagne sans GPS, c'est possible ? Embarquez dans une aventure humaine hors norme.

Voir
Par Bélénos ! 4 EPISODE(s)
Par Bélénos !

-300 av. J.-C. J'ai été invitée à un mariage gaulois. Bienvenue dans un jeu de rôle grandeur nature.

Voir
Parlons-nous 1 EPISODE(s)
Parlons-nous

À la croisée entre notre époque et ses modes d'interactions pour comprendre ce qui nous lie aux autres.

Voir
Présences Noires 6 EPISODE(s)
Présences Noires

La "Black History" du Sud-Ouest ne se résume ni au passé esclavagiste et colonial, ni à une question d'immigration.

Voir
Reboot 1 EPISODE(s)
Reboot

Ils récupèrent, rabibochent, réinventent. Ces faiseurs rebootent ces "déchets".

Voir
Refuge 3 EPISODE(s)
Refuge

Au cœur d’une société individualiste, des personnes sont une lueur d’espoir dans une Europe plongée dans la nuit noire.

Voir
Social Brutal 6 EPISODE(s)
Social Brutal

La violence n'est jamais complètement irrationnelle, elle a toujours une explication politique.

Voir
Sous les canopées 4 EPISODE(s)
Sous les canopées

La forêt de Rochechouart aurait 1000 ans. Est-elle en danger ? Comment la protéger ?

Voir
Subland 3 EPISODE(s)
Subland

Odezenne, un groupe de musique indépendant. 5 mois à Berlin, un album, un lieu isolé de tout : Subland.

Voir
Tuer Manger 6 EPISODE(s)
Tuer Manger

Je mange des animaux morts. Je ne tue pas pour manger, quelqu'un le fait pour moi. Comment assumer ?

Voir
Une année sans 4 EPISODE(s)
Une année sans

Une année avec les éleveurs de canard landais en pleine grippe aviaire. Ils ont tout perdu, et tout changé.

Voir
Vies Polaires 4 EPISODE(s)
Vies Polaires

Enquête et journal intime d’un potentiel bipolaire. Plongez dans les méandres de la bipolarité.

Voir